C’est dans un complexe hôtelier de Conakry que le président de la République a lancé ce mardi les travaux d’échanges du premier congrès africain de la sécurité et de la santé au travail, dans les mines et carrières.

250 cadres, venants de 15 pays membres de l’interafricain de la prévention des risques professionnels (IAPRP), vont durant 5 jours (2 au 6 septembre), échanger, débattre et s’outiller, autour de la question de la sécurité et la santé dans les mines et carrières.

Considérant de prime abord que cette question de la protection et sécurité des travailleurs dans les zones minières est un problème très important, vu les accidents qui s’y déroulent souvent et cela dans tous les pays ; le président Alpha Condé a demandé aux congressistes de placer le problème dans un contexte « beaucoup plus global », en incluant « la protection non seulement des travailleurs, de nos populations et de notre environnement ».

Ensuite, après avoir démontré le côté gagnant-gagnant de l’exploitation minière, il a fait constater que : « Les miniers sont pressés d’entrer dans leur fonds, nous nous aurons de l’argent, mais nous voulons que nos populations soient protégées. La protection de nos populations est plus importante que l’argent que nous gagnons. »

les mesures qu’ils prennent chez eux aux cotés des travailleurs ; qu’ils prennent les mêmes mesures ici

« C’est pourquoi, a-t-il justifié, nous voulons exiger que les mesures qu’ils prennent chez eux aux cotés des travailleurs ; qu’ils prennent les mêmes mesures ici. Qu’ils protègent leurs travailleurs par exemple quand je prends une usine de bauxite. Qu’ils protègent leurs travailleurs de telle sorte qu’il n’y ait pas les nuisances. Il est extrêmement important, puisque vous êtes réunis, que vous vous mettiez d’accord sur les critères que toutes les sociétés ministères doivent appliquer. Que vous dites voilà les critères standards que nous voulons que chaque minier dans la plupart de nos pays observe. C’est vous qui connaissez. A partir de ce moment, chaque gouvernement est obligé de faire en sorte que ces critères soient respectés. »

Principal hôte de ladite cérémonie, le directeur de la caisse nationale guinéenne, Malik Sankhon, a fait constater qu’ « En dépit des efforts consentis pour améliorer la sécurité et la santé au travail ; le nombre d’incapacité précoce, des mines et carrières, demeure relativement élevés (au-delà de son caractère promotionnel, de sécurité et santé au travail, dans les mines et carrières, ce congrès est aussi l’occasion pour la Guinée, qui abrite déjà le centre africain de développement minier, d’avoir le siège permanent du congrès africain sur la sécurité, la santé dans les mines et carrières».

C’est un enjeu majeur pour l’Afrique de prendre en compte et de définir des conditions de travail conformément aux standards internationaux

Enfin, il a estimé que « cette démarche s’inscrit par ailleurs, dans la vision d’un développement minier responsable porté par le chef de l’Etat (…) Nous souhaitons à travers cette première édition, faire croitre la prise de conscience sur la sécurité et la santé au travail, vecteur de croissance économique et développement responsable. C’est un enjeu majeur pour l’Afrique de prendre en compte et de définir des conditions de travail conformément aux standards internationaux».

Président de IAPRP, Charles Kouassi s’est quant à lui engagé : « Je voudrais solennellement   au nom de mes pairs, mesdames et messieurs les directeurs généraux et organismes de sécurité sociale et en mon nom propre, nos profondes gratitudes aux autorités nationales et particulièrement à monsieur le président de la République de Guinée, son excellence Alpha Condé, qui a soutenu dès les premiers instants le projet CASSMICA qui arrive ce jour au point de réalisation. Votre présence, excellence monsieur le président ainsi que celle des membres de votre gouvernement, témoigne s’il en était besoin, de votre engagement personnel à faire de cette première édition, une réussite. L’IAPRP en retour s’emploiera activement à faire du CASSMICA une activité pérenne. »

une vraie protection des travailleurs dans tous les secteurs d’activités économique et sociale

Le ministre de la Fonction publiques, Billy Nankouman, dans son discours a émis le souhait que « cette rencontre de Conakry soit l’occasion d’interpeller tous les acteurs, organisations d’employeurs, des travailleurs de différents pays, afin d’œuvrer ensemble, d’assurer une vraie protection des travailleurs dans tous les secteurs d’activités économique et sociale ».

A noter qu’à cette rencontre, prennent part des responsables d’organismes nationaux de sécurités sociales, des administrations de travail, des administrations territoriales, des compagnies minières, des institutions internationales et des partenaires au développement.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire