Depuis quelques jours, la tension est vive entre la communauté de Foulata et la Société aurifère de Guinée (SAG), contrôlée par le géant Anglogold Ashanti, au sujet du reprofilage d’une route, ce qui a occasionné des querelles autour de l’embauche des fils du terroir par la société exploitante.

Selon une source proche de la SAG, les communautés se sont révoltées contre la société en exigeant même que le minerai d’or extrait à Foulata soit traité sur place.

Le bilan matériel des manifestations, communiqué par une de nos sources, fait état de la destruction de trois bulldozers, du contenu du magasin de stockage abritant les équipements de la SAG, d’une valeur de plusieurs millions de dollars USD.

Les premières estimations parlent de 50 millions de dollars USD, un montant non confirmé par une expertise indépendante.

Les villageois auraient même exigé de la société l’emploi en priorité des ressortissants de Foulata, affirme notre source qui souligne que le protocole, signé entre la SAG et les villageois, avant le début de l’exploitation, ne mentionnait pas ce point précis.

« Les communautés de Foulata devraient être traitées comme celles de Bouré qui n’imposent rien aux sociétés. Elles doivent introduire normalement les demandes d’emplois concernant les résidents du district, sur la base d’accords négociés », soutient-elle.

Le district de Foulata est distant d’environ 105 km de Siguiri-centre, dans une zone qui abrite les principales ressources aurifères du pays.

Le correspondant de Médiaguinée, citant des sources locales, a communiqué un bilan d’au moins 1 mort et 22 blessés lors d’une manifestation, suscitée par des femmes de ce district, qui a eu lieu le 15 août 2021.

Une source locale a dit à WESTAF MINING qu’environ 60 manifestants ont été interpellés au cours des échauffourées.

Des bonnes volontés ont toutefois entrepris une médiation entre les résidents de Foulata, les responsables de la SAG et les autorités locales pour ramener le calme et favoriser un climat favorable aux négociations.

Ainsi, un comité de crise a été mis en place le dimanche 23 août 2021 pour trouver un terrain d’entente raisonnable entre les différentes parties.

Le phénomène de révolte devient de plus en plus inquiétant dans les zones aurifères de l’Est de la Guinée où les communautés considèrent avoir des droits ancestraux sur certains domaines octroyés par l’Etat à des exploitants miniers.

Source: Westaf Mining