Le ministre des Mines, Moussa Magassouba, qui se targue d’être un « spécialiste de l’industrie minière » et qui le rappelle à chaque occasion, a fait, lors du dernier symposium des mines [15, 16, 17 novembre], une arithmétique peu orthodoxe.

Parlant, en effet, du « problème guinéen », il a rappelé qu’en 2021 (par exemple), la Guinée a exporté approximativement 88 millions de tonnes métriques de bauxites ; avant d’ajouter que cette année elle compte en exporter environ 90 millions de tonnes. A un prix moyen normal de $35/t, cela rapporterait au bas mot 3 milliards $. Pour une part de l’État de 15% consacrée dans le code minier, la Guinée devrait alors encaisser 1.5 milliard $, sans compter les impôts. Mais en réalité, la Guinée n’encaissera pas plus de 650 millions $.

Des calculs qui ont dû laisser perplexes de nombreux spécialistes et partenaires présents dans la salle.

Pour la simple raison que le ministre, pour trouver ce 1.5 milliard $, a appliqué le prix ($35 en moyenne) et les 15% de l’Etat au chiffre d’affaires. Et même si on prenait pour vraie son équation, c’est-à-dire en rapportant tout ça au chiffre d’affaires, les 15% de l’Etat donneraient plutôt un peu plus de 472 millions $! Au lieu de la faramineuse somme de 1,5 milliard de dollars.

En réalité, pour trouver le revenu de l’Etat, le ministre aurait dû appliquer les 15% au bénéfice distribuable. C’est-à-dire le bénéfice déduit des impôts et d’autres réserves légales. C’est une question de comptabilité et de bon sens.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.