Le ministre des Mines, Moussa Magassouba, en prenant fonction, vendredi 5 novembre 2021, a promis que « les différends, s’ils existent qui opposeront un investisseur minier à l’État guinéen se résoudront dorénavant autour d’une table, pas dans les tribunaux… » Une annonce rassurante.

Seulement voilà. Dans le même discours, il a promis « relire les conventions de base et nous amenderons les clauses s’il y en a, afin que la République de Guinée et l’investisseur en sortent gagnants ».

Une communication, celle-ci, on ne peut plus, populiste qui aurait déjà fait tilt chez les investisseurs qui ont besoin que la Guinée tienne ses engagements contractuels. Comme l’a promis le colonel Mamadi Doumbouya aux lendemains de se prise de pouvoir.

« Je voudrais du haut de cette tribune, réaffirmer de façon solennelle, l’engagement du peuple de Guinée, du Comité national de rassemblement et du développement et de moi-même, à ne ménager aucun effort quant à la protection et à la sécurité des investisseurs étrangers en Guinée », avait dit le colonel aux miniers.

Avant d’inviter ces derniers « au respect strict des obligations légales et contractuelles ». Il dira ne pas transiger avec « le respect des obligations contenues dans les conventions, la fiscalité, … »

Au regard de ce qui précède, le ministre Magassouba semble être en déphasage avec le président de la Transition qui, à bien des égards, montre qu’il comprend mieux les enjeux que celui qui tient absolument à jeter le bébé avec l’eau du bain. Et à donner une grise mine à un secteur pourtant resté la béquille du régime Alpha Condé. Tous les chiffres l’attestent.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.