Bano Barry, ministre de l'Education nationale

Depuis quelques heures, une lettre du directeur général du service national des infrastructures et équipements scolaires (SNIES) au ministère en charge de l’Education nationale fait le tour des réseaux sociaux et de certains médias. Dans cette lettre, Ibrahima Cissé, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a dénoncé l’exclusion de son service de plusieurs projets du département, mais aussi et surtout la gestion opaque des ressources financières par le ministre Bano Barry. Ci-dessous la lettre.

Mena1
Mena2
Mena3
Mena4

Réagissant aux accusations, le MEN-A à travers sa cellule de communication a également fait un écrit dans lequel il dément ces « allégations » qui selon lui ont pour but « la diversion en vue de compromettre toute volonté de changement dans le seul but d’empêcher les réformes enclenchées par le ministre Pr. Bano BARRY dans le domaine des constructions, rénovations et équipements scolaires ».  Ci-dessous la réaction.

LA PEUR DES RÉFORMES AU MEN-A

Le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation MEN-A a constaté avec surprise et regret, l’apparition dans la presse, d’un article dans lequel, le premier responsable du département est mis au centre d’un scandale financier. Le MEN-A dément formellement les allégations avancées dans cet article qui semble manifestement commandité pour nuire. L’opinion publique nationale et celle internationale devraient se poser les questions suivantes : « A qui profite le crime ? Cette tentative de nuisance profite à qui ? Qui ne veut pas la réussite des réformes au MENA ? Sur le fond, rien n’a été avancé, à plus forte raison étayé par des faits probants avec des documents prouvant les calomnies contenues dans ledit article. L’unique raison de la lettre qui a alimenté cet article est la diversion en vue de compromettre toute volonté de changement dans le seul but d’empêcher les réformes enclenchées par le Ministre Pr. Bano BARRY dans le domaine des constructions, rénovation et équipements scolaires. Domaine qui, malheureusement souffre depuis plusieurs années d’un manque de transparence et d’une mal gouvernance qui pénalisent gravement la structure.
En dénote le retrait massif de la quasi-totalité des partenaires techniques et financiers des constructions scolaires ; eux qui ont constaté avec amertume les malversations, la surfacturation et le non-respect des procédures en vigueur. Le Budget alloué au SNIES (TITRE 5) a été drastiquement réduit pour insuffisance de résultats. En perte de vitesse et ne sachant que faire, l’auteur de cette lettre qui alimente cet article croit fermement qu’il est possible de compromettre un homme intègre qui est résolument engagé à réaliser la vision du Chef de l’Etat le Pr Alpha CONDE, celle de « Gouverner autrement ». Malheureusement pour lui, ce vœu ne sera pas réalisé, puisque la majorité des cadres et autres acteurs du MENA sont conscients et sont entrés dans un processus irréversible qui est de contribuer à la réussite des réformes en cours. De ce fait, toute tentative visant à nuire ou à déstabiliser le Ministère en général et le Ministre en particulier sera vouée à l’échec. Les cadres qui sont en difficulté voir en conflits avec les réformes et les procédures en vigueur ne pourront stopper ce concept de « Gouverner Autrement » et n’auront aucune opportunité de mettre le feu à la maison comme fut le cas de NERON à la fin de son règne. Au regard du travail colossal entrepris par le Pr Bano et qui corrobore avec les nobles ambitions du Chef de l’Etat, tous les services techniques du MENA y compris les cadres du SNIES réitèrent leur solidarité au Ministre de tutelle et s’engagent à contrôler, à bien gérer et de façon transparente les dépenses publiques surtout dans le premier poste de dépense du MENA que sont les constructions scolaires. Quant aux cadres indélicats, les preuves qui les accablent seront transmises à qui de droit et au moment opportun.

LE SERVICE DE COMMUNICATION DU MENA

Mohamed Kaba Soumah pour guinee7.com