Dans un précédent article, nous annoncions la mort d’au moins 5 nouveau-nés en 24h au service de la néonatologie de l’hôpital régional de Labé. Interpellé au moment des faits, le directeur général de l’hôpital régional de Labé, le docteur Attaoulaye Sall n’avait pas daigné réagir à notre demande de recouper l’information. Jeudi dernier, il a finalement brisé le silence chez nos confrères de la radio Espace Foutah, dans l’émission hallen fopp. « Cette information faisant état d’au moins 5 nouveau-nés morts à l’hôpital régional de Labé nous a surpris. Elle est contraire à la réalité. Comme il a été dit que c’est le dimanche, nous avons cherché à savoir comment la garde s’était déroulée ce jour. C’est ainsi qu’il nous a été remonté que ce jour, il y a eu deux morts. Le premier cas concerne un enseignant qui réside dans la commune urbaine de Labé et le second cas concerne une famille de Lelouma. Je rappelle que nous sommes à Labé, 5 bébés ne peuvent pas mourir ensemble au service de la néonatologie et que le cas reste comme des simples rumeurs. Le service de la néonatologie reçoit des prématurés, et des nouveau-nés malades. Donc pour le cas des morts ; le premier bébé, avait une détresse respiratoire et le second, lui avait une infection néonatale. Et leur mort n’est nullement liée à une quelconque coupure d’électricité encore », s’est-il défendu.

Dans la même émission, un citoyen a fait un témoignage. « Moi aussi à la naissance de mon enfant, il avait été admis à ce service. Pendant qu’il était sous soins, il y a eu une coupure d’électricité, j’ai proposé d’acheter le carburant pour sauver mon enfant, on m’a dit que leur groupe consomme 10 litres d’essence par heure. J’étais prêt à payer le carburant. Par la suite, les médecins m’ont dit que le groupe électrogène ne pouvait pas être allumé, c’est ainsi, que je suis allé moi-même chercher un groupe électrogène qui a été utilisé pour sauver mon enfant et les autres bébés qui étaient là-bas. Si je n’avais pas les moyens ce jour de trouver un groupe électrogène j’allais perdre mon enfant », a-t-il rappelé. A sa suite, un animateur de l’émission a aussi témoigné qu’un nouveau né avait perdu la vie suite à une coupure d’électricité pendant qu’il était sous soins dans le même service.

Sam Samoura pour Guinee7.com