Face à la presse, ce vendredi 20 novembre, au Musée national de Conakry, l’artiste guinéen N’Faly Kouyaté, évoluant sur le continent européen, a parlé des projets de sa structure “Namun Group”, pour le rayonnement de la musique du pays.

De prime abord, l’artiste qui a reçu, le jeudi dernier, le prix Sékou Bembeya Diabaté, lors du Festival de jazz de Conakry, a remercié la Guinée pour cette reconnaissance qui, pour lui, est « très symbolique ».

D’après l’artiste, le but de sa structure est promouvoir la culture guinéenne pour de nouvelles oreilles. « Nous, notre objectif ce n’est pas de recréer la communauté guinéenne à l’étranger.  Nous, nous voulons toquer à la porte de nouvelles oreilles, de nouvelles personnes qui ne connaissent pas ce que c’est que la culture ouest-africaine, à plus forte raison la culture guinéenne. Donc on va leur toquer la porte, pour qu’ils puissent découvrir  la culture guinéenne », a affirmé N’Faly Kouyaté.

Concernant le prix qui lui a été décerné, cet homme de culture s’est dit très fier de le recevoir de son pays. « Ce prix est un triple prix pour moi. Dans la mesure où il y a deux grands côtés qui m’intéressent beaucoup.  Le premier, c’est qu’enfin on a  réhabilité un artiste de  son vivant, Sékou Bembeya.  Et à chaque fois que je pense,  j’ai les larmes aux yeux, parce qu’il y a plein d’artistes qui méritaient ça. Je remercie les organisateurs. Deuxièmement, je viens à  la maison, je fais un petit travail, la maison me décore, ça c’est un grand prix pour moi, ça  me fait beaucoup plaisir. Je suis connu ailleurs et  je viens chez moi, on m’offre un prix, ça  me fait  beaucoup chaud au cœur. Avec ce prix, c’est un tout pour moi », a-t-il dit, apparemment fier.

Vice présidente de la structure “Namun Group”, Sandra Vernerd, a parlé des projets que compte mener la structure dans les prochains mois. « Il y avait déjà des projets pour lesquels on est venu cette année. Mais malheureusement, ça n’a pas pu avoir lieu à  cause du COVID-19. Il y a un projet d’excursion : nous allons amener des étrangers en Guinée pour leur faire part de notre culture ici et leur apprendre les instruments traditionnels. Mais aussi leur montrer les villages avec leurs cultes, leurs traditions et masques. Le deuxième projet, c’est  African star academy, c’est du coaching des jeunes artistes qui vont être sédentarisés à  Siguiri pendant un certain moment pour être coachés par N’Faly  Kouyaté. Aussi faire des apprentissages dans le management,  dans la communication et dans la technique. Le tout pour être préparé pour  une carrière internationale. Le dernier projet, c’est le Panafrican Arts Festival, un festival qui clôture le African Star Academy. Une compétition de 12 candidats, où sort le lauréat. Nous allons pour l’occasion aussi inviter des artistes guinéens confirmés et étrangers, qui vont jouer pendant la compétition. La réalisation est prévue au mois de février», a-t-elle indiqué.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.