La Mission Conjointe d’Observation Electorale de la Diaspora Africaine en Europe et du Groupe Agir Europe Afrique, présents en Guinée de puis le 4 novembre 2019, ont organisé un point de presse, ce lundi 23 décembre 2019 à Conakry. Au cours du point de presse, une lettre ouverte adressée à l’ancien président béninois, Nicéphore Soglo, a été lue.

Dans cette lettre, la mission d’observation a apostrophé l’ancien président béninois. ‘‘Non, M. Nicéphore Soglo, vous êtes très mal placé pour donner des leçons de démocratie à la République de Guinée. Vous parlez de pouvoir monarchique parce que vous savez bien ce que c’est, pour l’avoir bien pratiqué lors de votre présidence. Y a-t-il un chef d’État qui ait confondu à ce point l’Etat et sa famille plus que vous’’ ? a martelé le secrétaire permanent de la mission.

Poursuivant, Dr Louis Philippe Diffo, a invité M. Nicéphore Soglo, de ne pas donner ‘‘une image fausse et mauvaise de ce pays (Guinée), même si, pour des raisons qui vous sont propres, vous avez choisi de ne pas avoir l’honnêteté de reconnaître les mérites de ce pays et l’encourager à avancer sur cette voie’’.

De son côté, le chef de la mission délégué zone Europe, Amoikon Eba, a tout simplement déclaré que ‘‘La Guinée, pour nous en démocratie c’est un exemple. Mais l’ancien président du Bénin n’est pas un exemple pour la démocratie. Le président Nicéphore a été élu en mars 1991 au Bénin et en 1996 il n’a pas été élu. Les Béninois ont choisi un autre président qui s’appelle Mathieu Kérékou… le président Nicéphore après avoir être battu en 96 n’a pas baissé les bras et il a toujours géré le Bénin. Les cinq ans qu’il a passés au pouvoir il a géré avec sa famille. Chose qu’ici en Guinée, les Guinéens ne vont pas accepter’’, a-t-il expliqué.

Parlant du projet d’une nouvelle constitution, Dr Louis Philippe Diffo, soutient que le président Alpha Condé, ‘‘vient une fois encore de démontrer au monde entier qu’il est un démocrate, qui respecte les textes et les institutions de son pays en consultant toutes la classe politique, toutes les associations et la société civile pour l’organisation d’un référendum’’.

Par ailleurs, la mission conjointe d’observation électorale de la Diaspora Africaine, a invité la partie de l’opposition, qui a décidé de s’exprimer dans la rue, à revenir dans le jeu démocratique en prenant connaissance de ce texte et en battant compagne pour le NON si elle estime qu’il ne doit pas être adopté comme nouvelle constitution.

Bhoye Barry pour guinee7.com

0024 628 705 199      

1 COMMENTAIRE

  1. Cette mission a trop l’air partisan. Au lieu de se prononcer sur les faits et agissements des autorités guinéennes, surtout du président Alpha Condé, qui font l’objet des préoccupations du peuple guinéen, cette curieuse mission a préféré verser dans des attaques personnelles qui n’ont rien à voir avec le problème posé.
    Est ce parce que Soglo aurait pratiqué la monarchie chez lui qu’il faudrait en installer en guinée ?
    Une telle mission s’est discréditée elle même par son manque d’impartialité. Point final.

Comments are closed.