Une immersion au commissariat central de Matoto. Ici, le  stock des pièces d’identité est épuisé. La demande devient  de plus en plus forte et encourage les fraudes au niveau des agents.

L’attente est longue, nombre de citoyens sont dans la tourmente car depuis  le 30 décembre dernier le dernier  stock de mille planches est fini. «Lors de notre dernier stock, on avait eu mille planches, nous
explique Mansa Mady Condé, commissaire. Nous avons  commencé à éditer  le 16  octobre 2014  et il a pris fin le 30 décembre 2014. Nous avons fait une commande au niveau de la  PTS.»

La fraude est monnaie courante dans ce commissariat. Une carte d’identité nationale coûte vingt mille francs guinéens mais la crise  pousse certains agents à arnaquer des citoyens demandeurs. Le commissaire indique néanmoins : « Si  les citoyens disent que la carte d’identité nationale est prise à soixante-quinze  ou à cent mille francs guinéens, cela n’engage qu’eux. Si un citoyen porte plainte contre l’intéressé nous le mettons aux arrêts et nous le déférons.»

En attendant le renouvellement du stock, les demandeurs se font arnaquer.

JB.

Publicités