De source médiatique, le gouverneur de la ville de Conakry, le Gal Mathurin Bangoura a annoncé la réouverture des plages de la capitale guinéenne, quatre ans après la fermeture de celles-ci, suite à un drame survenu à la plage de Rogbané en 2014.

En 2014, ce sont plus de trente guinéens qui ont perdu la vie à Taouyah (plage Rogbane), suite au drame du même nom, lors d’un spectacle culturel. La suite, une décision est prise par le pouvoir de Conakry de fermer toutes les plages de Conakry. Quatre ans après, et suite à une forte demande des gestionnaires des différentes plages, le président de la République, à travers un suivi régulier du gouverneur a finalement décidé d’ouvrir les plages.

Une décision qui réveille les “morts”. En guise de rappel, un conseil extraordinaire des ministres a eu lieu 24h après le drame. Il a été question de plancher sur les pistes de solutions qui permettraient au pays de ne plus vivre ces types de drames. Parmi les solutions envisagées, la construction d’un Palais de la Jeunesse et de la Culture. Quatre ans après, rien, rien et rien. L’on a plutôt assisté à un conflit de compétence (Il serait mieux de dire une jalousie) entre les départements concernés : Jeunesse et Culture.

Les plages sont donc ouvertes, avec pour seule garantie le “renforcement de la sécurité”. Par qui ? Figurez-vous, la gendarmerie était là lors du drame à Taouyah.

Alpha Mady pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici