C’est en présence du ministre du Budget, Mohamed Lamine Doumbouya, qu’a débuté ce lundi 25 juillet dans Hôtel de Conakry, le séminaire regroupant les directeurs des différents pays membres du CREDAF (Centre de Rencontre et d’Etude des Dirigeants des Administrations Fiscales), placé sous le thème: la Formation, outil de renforcement des capacités et d’accompagnement des réformes.

Le ministre du Budget prenant la parole a indiqué que: «Le CREDAF rassemble une trentaine de pays membres, dont une majorité de pays en développement issu du continent africain. S’il est admissible que nos pays ont entrepris à divers niveaux des reformes courageuses en matière de reforme fiscale, force est de constater que nos systèmes fiscaux affichent globalement des nivaux de performance moyens. Cette situation est d’autant plus préoccupante que nos besoins en ressources pérennes à financer le développement de nos pays respectifs sont croissants nous devons donc poursuivre les reformes, poursuivre les efforts d’amélioration de la productivité de nos administrations, notamment en insistant sur l’amélioration de la productivité de nos ressources humaines.»

«Le dernier défis et non des moindres, ajoute-t-il, est en rapport avec la souveraineté et la mondialisation des échanges. L’impôt n’est pas imperméable à l’intégration économique et à la mondialisation des échanges. Dans un tel contexte, la fiscalité d’un Etat rétroagit sur les autres services et vice versa. Cela signifie que la décision fiscale  d’un pays doit être le fruit d’une analyse fine de la situation nationale et internationale, d’une concertation avec toutes les parties prenantes, il faut éviter que l’impôt tue l’activité et conduit au déplacement de cette activité d’une contrée à une autre».

Le secrétaire général du CREDAF, M. Didier CORNILLET,  à son tour a affirmé : «La vocation du CREDAF est d’être un espace international d’échanges pour les dirigeants des administrations fiscales permettant de partager les expérience, les bonnes pratiques et expériences. Le thème du séminaire qui nous réunit aujourd’hui, la formation comme outil de renforcement des capacités d’accompagnement des reformes, s’inscrit dans le prolongement de notre colloque annuel qui s’est tenu au Gabon en Mai dernier sur les stratégies  RH à mener pour une administration moderne et efficace. C’est un sujet d’une importance stratégique pour les finances publiques compte tenu de l’impacte significatif qu’il revêt en termes de mobilisation des recettes fiscales, une fonction publique bien formée est une fonction publique efficace et motivée nécessaire à la gouvernance et à la mise en œuvre des politiques publiques. Elle doit compter sur des personnes avec des compétences, l’éthique et la responsabilité pour fournir des services publics de qualité et réaliser les missions dévolues à l’Etat.»

Le Directeur National des impôts, M. Aboubacar Makhissa Camara, s’est dit honoré que, «l’administration fiscale ait porté son choix  sur la Guinée pour abriter pour la première fois les assises du séminaire des directeurs du CREDAF, après celle de l’Atelier de 2012 sur le thème de la contractualisation des objectifs. Je suis d’autant satisfait que le thème faisant l’objet de la rencontre soit important et d’actualité. En effet les administrations fiscales des pays membres connaissent  des réorganisations profondes pour s’adapter aux nouvelles exigences des politiques publiques. C’est ainsi que les stratégies, les missions et les fonctionnements des services sont redéfinis avec d’une part, la création de nouveaux services et d’autre part la révision des missions et le renforcement de celle existante. La notation en ressource humaine compétente et qualifiée appelée à prendre en charge de manière efficace ces missions, reste très difficile. Les politiques et les plans de formation des administrations fiscales restent la formation initiale et continue des fonctionnaires pour leur permettre d’exercer leur activité dans les meilleures conditions».

Ensuite, «l’objectif du présent séminaire est de définir des axes de réflexion qui permettront aux participants de mettre en œuvre dans leurs pays respectifs de véritables stratégies de formation dans le cadre des politiques nationales déclinées pour la mise en place des plans de formation annuels et pluriannuels».

CREDAF2

S’il est vrai que les programmes pourront êtres dispensés selon les cas au niveau des écoles des impôts et des écoles des administrations publiques nationales ou encore dans le cadre d’une coopération avec les établissements d’enseignements supérieurs ou de formation professionnelle, ‘‘ce séminaire reste un haut lieu de partage d’expérience et de bonnes pratiques pour les participants au cours des ateliers et des rencontres informelles, le séminaire ambitionne également de jeter les bases de réflexion  sur la formation des formateurs appelés à pérenniser la formation ponctuelle et continue des personnels de l’administration fiscale’’, a-t-il précisé.

Enfin, projette-t-il,  ‘‘les recommandations de l’atelier permettront à chacun d’identifier les enjeux d’assimiler la méthodologie pour mieux appréhender les disfonctionnements dans la gestion des ressources humaines, les techniques pour éradiquer les déficits de formation et les mauvaises habitudes ancrées dans le quotidien des agents’’.

A rappeler que ce séminaire se tiendra du 25 au 27 juillet.

Abdou Lory SYLLA pour Guinee7.com

Publicités