Pour l’instant une transition à pas feutré et cahin-caha (Par Mohamed Lamine Dioubaté)

D’emblée, et si cette transition était singulière qu’unique? Rien de plus étonnant dans ce pays à scandale géologique, autant le pays est riche en ressources, autant notre société devient insaisissable et peu analytique. Depuis le 05 septembre 2021, l’on s’active à trouver un chronogramme pour une transition cohérente et apaisée. Mais loin s’en faut, à peine présenté, les voix se lèvent partout pour encore dénoncer ce chronogramme, ce qui est certes normal. Parce que dans un débat de société, chacun doit et peut émettre son point de vue en toute liberté, et cela doit se faire avec profondeur, sens critique et suggestion pour une meilleure compréhension de la population.  Mais avec ce qui se dessine actuellement en Guinée, l’on se demande où allons-nous et qu’est-ce que le guinéen veut concrètement?

Au regard des actes posés par la junte au pouvoir, au-delà de l’ardente volonté affichée pour assainir le pays des prédateurs économiques du régime défunt du Pr. Alpha Condé, de la mise à la retraite des milliers de fonctionnaires en rajeunissant l’administration publique guinéenne, reversant de facto l’ancienne oligarchie, l’on ne peut que se réjouir du sens profond des actes posés. Et que dire de la réactivation de certains gros chantiers qui commencent à être visibles sur l’ensemble du territoire, la portée des assises nationales pour la paix. Si jusque-là, les changements opérés à tous azimuts sont à la fois salutaires et quelques peu entachés d’erreur de débutant, la durée de la transition qui est déjà fixée à 36 mois, ne devrait pourtant pas inquiéter les guinéens.

Toutes ces actions posées devraient permettre aux guinéens que nous sommes de réfléchir sur d’où l’on vient d’il y a dix ans, à d’où l’on veut partir dans 3 ans. J’écrivais dans l’un de mes articles à 72h de la prise de pouvoir par les forces spéciales ceci : « […] Elles sont pour l’instant les seules et uniques représentantes du peuple et elles assument et devraient l’assumer pendant et après leur règne. […]  Nous devons tous rester concentrer sur les idéaux communs de démocratie, de liberté, de prospérité, de développement et de bonheur pour l’intérêt commun de la Guinée ».

Il est temps que nous restons concentrer sur la volonté manifesté par la junte, en les amenant à étaler clairement le contenu de ce chronogramme, étape par étape, ligne par ligne pour une nette compréhension de tous les guinéens, des plus instruits aux moins instruits aux pas du tout lettrés. Avoir juste une idée de la date du chronogramme ne signifie pas connaitre le contenu réel de celui-ci, encore une fois de plus, prenons objectivement position sans passion, ni subjectivité pour le destin commun et l’avenir tant radieux espéré par le peuple de Guinée.

Aujourd’hui, l’on ne devrait pas jeter l’opprobre sur tout ce que la junte militaire fait. Les erreurs sont inhérentes à l’œuvre humaine, mais le propre des guinéens, c’est la négation de la négation, soyons pour une fois dans cette période critique, comme on l’a toujours connue, positifs dans ce que nous disons et faisons pour et contre ce gouvernement de transition. Certes les actes posés par endroits peuvent paraitre choquants pour certains, mais il le faut pour le bien des guinéens, car depuis plus d’une décennie, nous les guinéens, étions à la recherche de celui qui aura l’audace de commencer quelque part. Souvenons-nous encore de l’état de pauvreté imposé en nous par les seuls diktats des intellectuels corrompus et sans limites.

Souvenons-nous de leur refus de soutenir l’éducation et la santé, l’agriculture et la pêche pour le bien-être de la population. Souvenons-nous toujours de leur implication outrancière  dans la gestion de nos mines, que dalle de ristourne pour les populations impactées par les projets miniers, aujourd’hui à Boké se sont des milliers de jeunes et de vieilles personnes qui souffrent des maladies incurables à cause de leur mauvaise gestion des derniers publics. Que dire de leur gestion calamiteuse des périodes de pandémies d’Ebola et de COVID-19, appauvrissant d’emblée des populations qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté, moins d’un dollars par jour. Souvenons-nous enfin, que ces anciens champions qui n’étaient intelligents qu’à faire du mal, le faisaient contre nous, nous et nos enfants, frères et sœurs, mères et pères, amis et partenaires, institutions et organismes.

Alors faisons logiquement comprendre à la junte que l’histoire les rattrapera tôt ou tard, telle qu’elle se passe actuellement pour les autres. Nous devons tout faire pour qu’ils agissent positivement. En les incitant à poser des actes plus concrets et positifs, en déboulonnant le système plutôt qu’en se focalisant à changer les hommes à l’intérieur du système et à la tête des institutions publiques. Le système est infecté et s’est déjà enraciné depuis plus deux décennies, allez l’extirper à partir des racines, en ce moment, le tronc et les feuilles tomberont et vous vous reposerez pour les 3 ans et plus à venir.

Rêver pour un développement harmonieux n’est pas un crime. Réfléchissons encore à ce que nous voulons, à ce que nous voulons pour la génération future, informons-nous et comprenons que les autres pays sont partis et nous ont laissé par la faute de notre capital humain.

Vive mon pays la Guinée