La ‘’présence’’ supposée ou avérée de militaires à la résidence de Sidya Touré à la Minière la semaine dernière continue de faire des vagues. Et le gouvernement à travers le ministre délégué à la Défense nationale, Maître Abdoul Kabélé Camara se dit surpris d’apprendre cette nouvelle, car aucun soldat n’y a été dépêché selon lui. Du coup, le doute commence à planer sur la version servie par l’UFR, amenant maints observateurs  à inviter les autorités à tirer cette affaire au clair.

L’Union des forces républicaines (UFR) accuse le pouvoir d’avoir déployé des guetteurs devant la résidence de Sidya Touré située à la Minière. Pour y détecter la présence de déserteurs de l’armée. Dans les rangs du parti on s’agite. On menace et des injures de toutes sortes pleuvent. La cible le président Condé et son gouvernement. De son côté le gouvernement par le biais du ministre délégué à la Défense nationale Me Kabèlè Camara n’a pas l’air de croire en cette histoire servie par l’UFR. « Je dois vous dire d’abord que les militaires n’ont pas cette vocation. Pour moi, les militaires ne peuvent pas se mettre au domicile de quelqu’un ni pour assurer la sécurité, ni pour faire quoi que ce soit. Si c’est pour assurer la sécurité intérieure traditionnelle, cela reste dévolu à la police et à la gendarmerie. Nous n’avons dépêché personne devant le domicile de Monsieur Sidya Touré », déclaré le ministre sur les antennes de la radio privée Espace FM, au lendemain de cet incident. Poursuivant son intervention, Me Kabèlè dit ‘’Monsieur Sidya Touré m’a appelé le soir entre 19 h 30 mn et 8 heures pour me faire part cela et je lui ai fait comprendre que nous n’avons dépêché aucun militaire pour surveiller son domicile et cela ne rentre pas dans le cadre de mes attributions. Et, jusqu’à preuve du contraire il (Sidya Touré) ne m’a pas saisi officiellement pour m’indiquer les noms de ces militaires. Nous sommes dans un pays où il y a des règles et règlements à respecter et si lui-même a approché ces militaires, je crois qu’il doit être en mesure de nous donner leurs identités pour que nous puissions exactement nous prononcer là-dessus’’, a-t-il lancé.

« Monsieur Sidya Touré m’a dit au téléphone qu’il y avait un militaire à son domicile. Je lui ai dit mais qu’est-ce que le militaire fait à votre domicile ? Il n’a pas le droit d’être là-bas. S’il est en tenue civile, il faut un titre de congé parce qu’aux heures de service il ne doit pas vaquer. Nous sommes dans une reforme où il y a un code de conduite et il y a un règlement de discipline générale. Aujourd’hui nous travaillons de manière à ce que les dérapages qui existaient avant ne reprennent plus. Et je lui ai conseillé de laisser le militaire partir », a expliqué le ministre délégué à la Défense.

Ajoutant que ‘’s’il y a désertion, c’est l’unité du déserteur qui doit nous informer suivant un rapport. Mais ce n’est pas les rumeurs ou autres choses. Nous ne tenons plus compte de cela. Nous travaillons sur la base de la légalité. Si par contre c’est un déserteur qui s’est rendu à son domicile, c’est extrêmement grave. Parce que la désertion est une infraction et celui qui recèle le déserteur peut être aussi poursuivi. Donc, moi je n’en sais rien. Pour l’instant, aucun état-major ne m’a saisi d’une désertion’’, a-t-il conclu.

Toute cette affaire sent la confusion, que les autorités compétentes devront tirer au clair, pour situer l’opinion. Car, si les autorités nient en bloc avoir envoyé des hommes au domicile de Monsieur Touré, il revient dorénavant à ce dernier de prouver effectivement le contraire, par des preuves palpables. Vu que même au sein de l’opposition, malgré la vague de solidarité dont a fait l’objet le président de l’UFR de la part de ses pairs, on doute de la véracité des faits. On pense plutôt à une affaire montée de toute pièce pour permettre à Sidya Touré de revenir au devant de la scène, dans son ‘’dessein’’ de faire de l’ombre à Cellou Dalein Diallo, dans son projet de candidature unique de l’opposition en 2015, qu’il tiendrait tant à cœur. A cette allure, seules des enquêtes sérieuses pourront confirmer ou infirmer cette présence d’éléments de ‘’Forces spéciales’’ devant la résidence de Sidya. Même si selon Kabèlè, il n’y a pas de ‘’Forces spéciales’’ au sein de l’armée guinéenne.

Oumar Daroun Bah in Le Démocrate, partenaire de guinee7.com