Le président malien, Ibrahima Boubacar Keïta a été obligé de démissionner par les militaires, hier mardi, à Bamako. Ce mercredi 19 août 2020, Me Mohamed Traoré, ex-bâtonnier de la Guinée et avocat du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), a salué le départ d’IBK du pouvoir.

« Le président IBK a dit qu’il n’est pas question qu’une seule goutte de sang d’un Malien soit versée pour qu’il se maintienne au pouvoir, à mon avis c’est la meilleure attitude qu’un chef soucieux de la sécurité et de la vie de ses concitoyens doit avoir. Parce que quoi qu’on dise, l’être humain, c’est la plus grande richesse qu’on peut avoir. Il n’est pas normal qu’on accepte que le sang soit versé juste parce que lui il veut rester au pouvoir. A mon avis, il faut saluer l’attitude du président Ibrahima Boubacar Kéita », a estimé, Me Mohamed Traoré.

Pour lui, « si les Maliens sont arrivés à la situation d’aujourd’hui, ce n’est qu’à cause des manifestations. Ce sont les manifestations qui ont permis aux militaires de voir que le rapport est en train de changer. Mieux vaut se situer aux côtés du peuple », a déclaré Me Traoré, chez nos confrères d’espace FM.  

Avant de renchérir : « la question qu’on pourrait se poser, pourquoi ce qui marche ailleurs ne peut pas marcher en Guinée. Mais, les clivages ethniques qu’il y a en Guinée, je pense qu’on peut bien comprendre pourquoi certaines choses ne marchent pas. Sinon, lorsqu’on dit que les routes sont dégradées, ce n’est pas dans une seule préfecture de la Guinée. Lorsqu’on dit que certaines familles ont dû mal à avoir trois repas journaliers, ce n’est pas propre à une région ou à une ethnie. Je pense que la situation de la Guinée est telle que tout est regardé sur le prisme de l’ethnie, ce qui fait que l’objectivité manque dans les prises de décision. »

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199