Le procès en appel de Boubacar Diallo alias Grenade s’est poursuivi, ce vendredi 19 février, à la Cour d’appel de Conakry. A cette audience, les réquisitions du parquet et les plaidoiries de la défense ont eu lieu.  

Tout d’abord c’est le ministère public qui a pris la parole. M. Mohamed Kaba, qui représente le ministère public dans cette affaire a demandé à la Cour de maintenir la décision du tribunal de première instance de Dixinn. Par ce que, dit-il « sur l’action vous verrez que les faits sont fondés et la culpabilité est établie ». 

Avant cette réquisition, le procureur avait déclaré que Boubacar Diallo alias Grenade, « a été dénoncé par les gendarmes postés antérieurement comme garde rapprochée de son leader (Cellou Dalein ) ». 

Sur l’état de santé de Grenade, le procureur soutient, « à la maison centrale, il (Boubacar Diallo alias Grenade) figure parmi les mieux portants ».

De son côté, Me Mohamed Traoré, un des avocats de l’accusé, s’adressant au juge, a laissé entendre que : « Votre mission c’est de voir si les faits reprochés à Boubacar Diallo existent… Ce dossier est un montage. »

« Où est l’arme qu’il a portée » ? s’interroge Me Traoré, avant de dire que « Monsieur le président sans cette arme vous ne pouvez pas le condamner. La photo ne peut être une preuve. Vous n’avez pas vu une arme ici ».

Après les plaidoiries de Me Traoré, le juge Souleymane Bah a renvoyé l’audience pour le 26 février prochain, pour la suite des plaidoiries. 

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.