Après trois mois passés à l’extérieur du pays, Dr Faya Milimono, président du Bloc Libéral (BL), a regagné la capitale guinéenne, ce jeudi 25 juillet 2019. Il a été accueilli à l’aéroport international de Conakry-Gbessia par les militants, sympathisants et cadre du parti. 

A sa descente d’avion, l’un des candidats malheureux à la présidentielle de 2015 a tiré à boulets rouges sur la gouvernance actuelle du pays. Pour le cas de Simandou, « encore une fois nous savons que la politique minière de notre pays aujourd’hui laisse à désirer. C’est pourquoi, nous avons dénoncé très longtemps, je crois que aussi longtemps que nous n’allons pas travailler pour que nous partions de la bauxite à l’alumine, de l’alumine à l’aluminium, nous envoyons de l’emploi à l’extérieur du pays. C’est le cas de Simandou », a entamé Faya Milimono.  

Il estime ensuite que : « La faute grave commise par la gouvernance du professeur Alpha Condé par rapport à Simandou, c’est quand Professeur Alpha Condé est arrivé en 2010, il a considéré que BSGR avait fait la corruption pour obtenir les blocs 1 et 2 de Simandou. Mais qu’est-ce qui se fait depuis 2010 qui n’est pas de la corruption ? C’est la question qu’il faut se poser. Cependant, cette concession à BSGR a des conséquences heureuses pour le peuple de Guinée. Un, il devait y avoir un port en eau profonde à Benty et le chemin de fer devait être réhabilité de Conakry à Kankan, qui devait être prolongé jusqu’à Simandou. Et un chemin de fer devait également être construit de Zogota pour rallier les rails du Buchanan, du côté de Libéria. Cela aurait eu des conséquences heureuses pour la jeunesse guinéenne qui aurait trouvé de l’emploi ».

Par ailleurs, Faya Milimono ajoute : « Vous avez constaté en 2010, à N’Zérékoré, l’activité était très danse, l’activité économique était très dynamique, il y a beaucoup de gens qui avaient fait de l’investissement. Mais allez aujourd’hui en région forestière, un jeune sur deux se trouve dans les mines en Haute Guinée. Et donc, ils font partie de ce qui sont en train de mourir dans la Méditerranée pour atteindre l’Europe. Je crois qu’on n’aurait pas dû arrêter cette marche-là. C’est vrai qu’il y a eu de la corruption, nous ne soutenons pas, le BL aura tolérance zéro par rapport à la corruption, mais on aurait réglé le problème compte tenu des conséquences heureuses que cela aurait sur la population guinéenne. On a abandonné le projet pour essayer de le faire revivre maintenant, sur fond de corruption encore une fois. C’est déplorable ».

Pour rappel, à la faveur d’une entente amiable complète au mois de mars 2019, la République de Guinée et BSGR ont mis définitivement fin à leur différend devant le CIRDI sur les Blocs I & II du Simandou qui se retrouvent dans le portefeuille de l’Etat libre de tout contentieux.

Le 19 juillet dernier, le gouvernement guinéen a lancé une procédure d’appel d’offres compétitif, transparent, ouvert et international pour l’octroi de droits miniers portant sur les Blocs I et II.

Les gisements de Simandou sont les plus grands gisements de minerai de fer inexploités au monde connus à ce jour. Plusieurs sociétés y ont mené des activités de recherches. Les Blocs I et II sont entièrement situés dans la préfecture de Kérouané dans le Sud-Est de la Guinée. Ils sont centrés le long de la partie Nord de la chaîne de Simandou et s’étendent sur une superficie de 369 km2.

Faya Milimono est parti de la Guinée quelques heures après que le tribunal de Kaloum a levé le contrôle judiciaire qui pesait sur lui, suite à son interpellation par la police devant l’Assemblée nationale. Ce jour-là, Faya Milimono et plusieurs autres de ses militants ont été arrêtés, alors qu’ils manifestaient contre la prorogation du mandat des députés.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire