L’occupation illégale des domaines réservés de l’Etat par certains citoyens était au centre des débats, lors de l’assemblée générale hebdomadaire de l’Union des forces républicaines, tenue samedi 26 août à son siège de Matam.

Présidant ladite rencontre, l’honorable Bakary Goyo Zoumanigui a fait savoir que souvent les décisions de déguerpissements entreprises par l’Etat sont politisées par certains leaders politiques : ‘‘Quand vous voulez déguerpir les gens, il y a des acteurs politiques qui interviennent. Soit pour dire que c’est ma communauté qui est visée ou pour dire que ce sont mes militants qui sont visés. Et cela fait que très souvent on n’arrive pas à appliquer les politiques saines que nous voulons. Donc il y a beaucoup d’endroits aujourd’hui qui représentent des risques pour les résidents. Il faut que nous en soyons conscients’’, a-t-il déploré, alors qu’il s’exprimait sur le drame de Dar-es-Salam.

Appelant ensuite les leaders politiques à sensibiliser leurs militants à ne pas occuper les zones à haut risque réservées par l’Etat. Selon le premier vice-président de l’UFR, l’honorable Bakary Goyo Zoumanigui : ‘‘Les domaines réservés, c’est pour que demain l’Etat puisse construire les choses qui servent aux populations. Mais très souvent, en Guinée, on a l’habitude que cela ne se fera jamais. Or, un Etat se gère dans le temps. Alors faisons tout pour sensibiliser nos citoyens à éviter d’occuper des zones qui peuvent constituer des risques pour leurs vies’’, a-t-il lancé devant les militants de son parti.
En début de semaine, un éboulement a eu lieu à Dar-es-Salam, faisant état d’une dizaine de mort. Pour M. Zoumanigui, cela est l’une des conséquences de l’occupation d’une zone à haut risque.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com