Aladji Cellou, journaliste

De passage chez nos confrères de la radio Espace, ce jeudi, Aladji Cellou Camara, directeur des Relations publique des armées (DIRPA), a donné des détails sur le rapatriement des stagiaires militaires guinéens, au Maroc et en Russie.

De prime abord, le directeur a précisé qu’« Il n’y a qu’une dizaine de stagiaires qui sont concernés du côté de la Russie. La dizaine de stagiaire qui se trouve en Russie, un accord a été trouvé avec le ministère de la Défense russe pour rapatrier cette dizaine de stagiaires sur Conakry, soit le 17, le 18 ou le 19 de ce mois. Donc disons aujourd’hui ou demain ; ces dix stagiaires seront de retour à Conakry. Parce que les autres ont repris les cours, il y a eu interruption entre le 5 mai et le 5 juin. Et depuis le 5 juin, ceux qui devraient reprendre les cours ont donc repris le cours ».

Par rapport à la question sur le rôle joué par chacun des deux pays, il s’est abstenu de donner les détails. « Je ne vais pas rentrer dans des détails. Comme vous le savez, c’est une question d’ordre militaire. Si nous demandons une coopération, c’est une coopération entre deux pays. Ce n’est pas un scoop. Vous êtes en train de faire allusion à des échanges de courriers qui ont circulé sur les réseaux sociaux. L’essentiel ; ce que je vous dis, c’est que la situation est sous contrôle et nos stagiaires seront à Conakry incessamment», a-t-il rassuré.   

Avant de poursuivre plus loin, sur le cas des stagiaires qui sont au Maroc. « En ce qui concerne maintenant le Maroc, il y a plusieurs stagiaires encore là, mais il y en a qui continuent à suivre leur cours. Il y a donc 36 stagiaires qui suivaient des cours qu’on appelle des cours discontinus. Et parmi eux, il y en a aussi qui suivaient des cours de façon continue. Donc ce sont ces 36 stagiaires là, qui doivent regagner Conakry, peut-être à partir du 1er juillet. Mais en attendant, notre attaché de défense auprès des autorités marocaines est en contact permanent avec ces 36 stagiaires. Et les dispositions ont été prises pour leurs prises en charge. Mais les autres stagiaires qui sont au Maroc restent», a expliqué Aladji Cellou.

« Vous savez, les stagiaires en partant, ils partent avec leurs billets retours. Vous comprenez que la situation actuelle, elle est compliquée pour tout le monde. Parce que les aéroports sont fermés. Et nous pensons que les aéroports selon les informations qui nous ont été communiquées par l’Etat-major marocain, à partir du 1er juillet, il se pourrait, je mets au conditionnel, parce que personne ne sait ce que demain sera fait, dans ces situations d’urgence sanitaire. Mais ce qui est sûr, c’est que dès que les aéroports marocains vont commencer à travailler, les stagiaires guinéens qui sont 36, encore une fois, se retourneront en Guinée », a-t-il éclairci enfin.

Une synthèse faite par Abdou Lory Sylla pour guinee7.com