« Société civile et partis politiques en Guinée : Les liaisons dangereuses », c’est le titre du rapport du Forum des Jeunes Africains Pour la Promotion de l’Union Africaine (FJAPU) sur la « politisation de la société civile guinéenne », publié le mois courant.

Selon l’ONG, le « traitement déséquilibré des événements tragiques qui ont marqué les consultations électorales en Guinée et en Côte d’Ivoire résulte d’une méthodologie qui met à mal les principes fondamentaux de la société civile et de ses acteurs. Le rapport 2020/21 d’Amnesty International en est la parfaite illustration. Les méthodes de travail des organisations internationales des droits de l’homme ont ainsi montré leurs limites, notamment s’agissant de la qualité de leurs collaborateurs nationaux dont le recensement démontre plusieurs liens avec les politiques. Dans un tel contexte, il est évident que les arguments développés par le gouvernement ne sont pratiquement jamais pris en compte pour poser un diagnostic fiable de la situation des droits de l’homme en Guinée ».

Pour conclure, le FJAPUA souhaite que toutes « les bonnes volontés s’associent à sa démarche pour exiger de notre société civile plus d’éthique, de nos partenaires plus de transparence et de l’État plus de vigilance ».

Lire ci-dessous le rapport en intégralité.

Rapport 2 FJAPUA