Au cours d’un entretien qu’il nous a accordé, Me Aboubacar Sidiki Bérété, avocat d’un des présumés auteurs de l’assassinat de l’opérateur économique, Elhadj Abdourahmane Diallo, s’est exprimé sur ce procès qui va probablement reprendre à zéro, alors que les différentes parties se préparaient pour les plaidoiries et réquisitions.

Une situation qui, il faut le rappeler, s’explique par la mutation des magistrats en charge de l’affaire. Notamment le juge Aboubacar Mafering et le procureur Daouda Diomandé.

Me. Aboubacar Sidiki Bérété dont le client, comme tous autres d’ailleurs, verra son séjour se prolonger à la Maison centrale de Conakry, en attendant qu’il soit fixé sur son sort, estime qu’il s’agit de « l’injustice de la justice, vous savez souvent la loi est injuste ».

Pour lui, des dossiers aussi sérieux que celui de l’assassinat d’Elhadj Doura, on doit prendre une semaine pour l’évacuer. « Mais quand des dossiers, dit-il, aussi sensibles et sérieux que ça, sont tout le temps, renvoyés, vous allez faire par exemple trois mois de débats. Et quand il y a changement ou mutation des magistrats, comme le dit la loi, on reprend tout à zéro, malheureusement au grand dam de nos clients ».

Et d’ajouter : « Il faut que le tribunal s’organise à ce que quand le dossier est sérieux, qu’il soit mis sur des jours d’affilé, parce que même le juge n’aura pas la faculté retenue durant trois à quatre mois de débat. Parce qu’il faut chaque fois renvoyer le procès, s’occuper d’autres choses, quelle sera son intime conviction ? »

Enfin, Me Sidiki Bérété  a lancé : « Cette fois ci, je prie le tribunal d’organiser au moins 3 à 4 jours, ou une semaine d’affilé et on évacue le dossier. Mais tant qu’on peut renvoyer, le droit à la défense et la dignité vont en souffrir. »

À noter que pour le moment, aucune date n’est fixée pour la réouverture de ce procès dans lequel 21 accusés sont en détention et plusieurs autres sont en cavale.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com