Le corps de l’écrivain-historien, Pr Djibril Tamsir Niane, décédé le 8 mars à Dakar (Sénégal) a été accueilli par les autorités guinéennes, ce lundi 15 mars.

Le corps accompagné de la famille du défunt arrivé à bord d’un avion de la compagnie Air Sénégal, affrété spécialement par le gouvernement sénégalais, a été accueilli, aux environs de 10h, par le ministre secrétaire général de la présidence de la République de Guinée, Naby Youssouf Kiridi Bangoura ;  le ministre des Sports, Sanoussy Bantama Sow ; le ministre de l’Enseignement supérieur, porte-parole du gouvernement, Aboubacar Sylla, le patron de l’Harmattan Guinée, Sansy Kaba, etc.

Drapé du tricolore national, le cercueil a été transporté vers  le Chapiteau du Peuple du peuple pour un « hommage national ». A ce lieu, le président Alpha Condé a rejoint le président de l’Assemblée nationale, Amamadou Damaro Camara ; le premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, d’autres membres du gouvernement, et de nombreux diplomates. Après s’être recueilli devant le corps du monument de l’histoire médiévale de l’Afrique, le président Condé s’est retiré.  

un bon père

Mais avant, le fils ainé du défunt, Daouda Tamsir Niane, s’est souvenu de son père. « D’abord un pédagogue, un formateur, un bon père qui a su nous encadrer toute la vie. Et qui va beaucoup nous manquer ».

Avant de remercier, « l’ensemble du peuple de Guinée, l’ensemble du gouvernement et des autorités, le président de la République plus particulièrement, pour tout ce qui a été mobilisé pour le rapatriement et la réception du corps ici, avec la délégation sénégalaise. Le Sénégal n’a pas ménagé d’efforts pour ce rapatriement. Ils ont fait le maximum pour que nous puissions être dans les meilleures conditions pour le rapatriement du corps. Nous remercions les autorités sénégalaises et le président Macky Sall aussi dans cette action. Nous rendons grâce à Dieu ».

Il ne sera pas mort

Quant à la ministre de la Culture et du patrimoine historique, Sona Konaté, elle a rappelé que « le Pr Djibril Tamsir Niane, a été un digne fils de la Guinée qui a exporté la culture guinéenne à travers le monde. Qui a tout donné pour que la culture guinéenne rayonne sur le continent africain et dans le monde. C’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui pour lui rendre un dernier hommage ». Par ailleurs, « Je sais qu’il va laisser un vide pour tous les Guinéens et les Africains. Mais il ne sera pas mort, parce que nous allons l’immortaliser », a-t-elle annoncé.

Ils sont dit…

 « Il nous laisse un riche héritage » (Aboubacar Sylla, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique)

« L’homme que Dieu vient d’arracher à notre affection, n’était pas un homme comme les autres, tant par sa trajectoire que par la portée universelle de son message » (Hamadi Bokoum, directeur du musée national du Sénégal)

« Le gouvernement guinéen pour sa part, veillera au côté du secteur de la Culture et de l’Université à ce que l’immense héritage qu’il nous a légué, trouve une place de choix dans nos écoles et dans nos universités, à la disposition des générations actuelles et futures » (Ibrahima Kassory Fofana, premier ministre).

« Cher papa,  vous avez incarné le passeur d’idéaux, d’identité et de savoir. Votre retour à Dieu, nous laisse affligés et désemparés. Mais votre exemple d’humanisme, de rectitude et d’excellence, nous inspirera de génération en génération » (Georges Alfred Kizerbo, représentant de l’OMS en Guinée, fils de l’historien, Joseph Ki-zerbo).

« Tout un chacun doit agir pour rendre éternelle la mémoire de Djibril Tamsir Niane » (Dr Alhassane Cherif, vice-président de l’Association des écrivains de Guinée (AEG))

« Papa Niane était un grand père entier dans toute son humanité et son universalité. Il nous a transmis le poids de l’authenticité et la chaleur réconfortante de l’amour et de la fraternité. Ce départ nous emplit d’une certaine nostalgie. Un hommage papa Niane ! Le premier après ton départ. Mais certainement pas le dernier. Nous prions, nous prierons, nous honorerons ta mémoire et transmettrons ton héritage… » (Tamsir Niane, petit fils du défunt).

Raliatou Fifi Tamsir Niane, Bachir Tamsir Niane et Daouda Tamsir Niane, ont remercié tous ceux qui ont organisé cette reconnaissance de la nation guinéenne.

Après le recueillement et la prière funèbre au Chapiteau du palais du peuple, l’illustre disparu a été transporté au cimetière de Cameroun où il repose désormais près de sa sœur jumelle décédée le même jour que lui, le 8 mars dernier.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com