Jeudi 2 décembre, s’est tenu à Conakry l’atelier de présentation des résultats d’évaluation finale du CCEOP (plateforme d’optimisation des équipements de la chaîne de froid), un projet financé par une organisation internationale « GAVI » à hauteur de 10, 9 millions de dollars, qui consiste à déployer plus de mille réfrigérateurs solaires en deux phases, dans le but de doté tous les postes de santé du pays afin de multiplier les sites de vaccination.

À la suite de l’exécution de la première phase de ce projet, une enquête a été menée entre 2018 et 2021, par Stat View International en collaboration avec l’Institut de recherche et de Formation (JIS), dans les régions de Boké et de Faranah.

Selon Aliou Barry, directeur général de Stat View International, le constat est parti du fait que la Guinée à l’une des couvertures vaccinales les plus faibles de la sous-région. Les 4 dernières enquêtes démographiques de santé qui ont été menées, dit-il, ont montré que le taux de couverture vaccinale est passé de 32% à 37% puis à 24% en 2018.

A en croire, M. Barry, c’est sur cette base que les partenaires, notamment GAVI, ont décidé d’accompagner la Guinée, en dotant les postes de santé des frigos et des congélateurs qui peuvent conserver les vaccins.

Plus loin, il a souligné qu’avec le CCEOP, « nous n’avions que 7% de poste de santé qui avaient des équipements de chaîne de froid, nous sommes aujourd’hui à 63% en seulement trois ans (2018-2021). Ça veut dire que l’offre de service est là maintenant, la fréquentation y est également ».

Pour Nènè Mariama Barry, agent de liaison pays GAVI, l’intérêt pour son organisation de financer ce projet c’est tout d’abord de rapprocher la vaccination aux ménages.

« À travers les résultats de la chaîne d’approvisionnement optimal aujourd’hui en Guinée, poursuit-elle, nous sommes passés de 436 à 1000 sites de vaccination en Guinée. Nous venons vraiment de très loin, c’est un projet qui a commencé depuis 2017, et nous sommes très satisfaits des résultats de cette enquête. Nous allons pourvoir lancer la deuxième phase de chaîne d’approvisionnement. Nous comptons financer encore plus de mille réfrigérateurs solaires que nous allons mettre à la disposition de l’État, mais également les rendre disponibles au niveau décentralisé, pour accompagner les ménages afin de faire vacciner les enfants ».

Après avoir défini le rôle de son programme comme suit : « concevoir, mettre en œuvre et faire le suivi de tout ce qui est politique et stratégie de vaccination et soin de santé primaire. »

Dr.  Moustapha Dabo, coordinateur général du programme élargi de vaccination (PEV) a également rappelé : « notre rôle principal, c’est de contribuer à la réduction de la mortalité chez les enfants à travers la vaccination de routine qui se pratique dans les formations sanitaires. »

Parlant des résultats de l’évaluation finale de CCEOP, Dr Dabo a indiqué que celle-ci a permis de savoir que la mise en place des réfrigérateurs dans des postes de santé est une approche pertinente, parce qu’il y avait des besoins. « Les postes de santé ont reçu les frigos, ça augmenté le nombre de sites de vaccination et on rapproche les services des populations. Mais aussi on augmente l’utilisation des services de vaccination. Les résultats ont donc montré que c’est efficace, ça répond aux besoins et c’est durable. Nous sommes très satisfaits », a-t-il déclaré.

Dans la même lancée, Dr. Bachir Kanté, conseiller du ministre de la Santé et de l’hygiène publique a fait entendre ceci: « La prochaine étape, c’est qu’il y a des régions et certains districts qui n’ont pas encore reçu des réfrigérateurs. Puisque cette première phase a permis de faire cette évaluation, et que les performances qui sont là sont hautement encourageantes, nous sommes prêts à passer à la 2ème phase pour combler le gap des autres structures sanitaires. »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com