Dans un rapport publié sur les conditions carcérales en République de Guinée, il ressort que 3150 détenus croupissent en  prisons dans des conditions inhumaines sans être jugés.

Ce rapport intitulé ‘’La Guinée face à ses prisons’’ est le résultat d’une enquête réalisée par une Commission de magistrats guinéens sur initiative du ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

Cette commission dénommée ’’Prison’’, conduite par Me Aliou Barry, a fait un diagnostic profond sur les problématiques des conditions carcérales, la corruption qui gangrène ce milieu, l’état défectueux des infrastructures carcérales et l’impunité qui constitue même le dysfonctionnement de l’appareil judiciaire en Guinée.

Une autre enquête a été également réalisée par des magistrats sur les victimes. Cette autre enquête relève qu’à cause de l’impunité, le divorce est créé entre les justiciables et la justice dans le pays. Selon le rapport de cette enquête, les victimes qui, depuis des violences de l’accession à l’Indépendance jusqu’à celles du régime actuel, n’ont jamais eu droit, ni réparations.

Ces maux encouragés par les différents régimes qu’a connus la Guinée et qui continuent, ont engendré aujourd’hui la justice populaire dans le pays et ont fini par  transformer la justice guinéenne en toile d’araignée qui ne prend que les plus faibles.

Le ministre de la Justice Garde des Sceaux,  Me Cheick Sako, en mettant ces commissions d’enquêtes en place, cherche à reformer l’appareil judiciaire guinéen affecté par la corruption et la dépendance. Il compte distribuer les résultats de ces enquêtes aux autorités à tous les niveaux pour son applicabilité à travers les recommandations faites par les magistrats enquêteurs.

AGP