Une opération conjointe des forces armées guinéennes et celles du Libéria est en gestation, pour mieux faire régner la quiétude le long des frontières des deux pays. L’annonce a été faite ce mardi à Conakry, au cours d’une conférence de presse qui a été organisée à l’issue de la deuxième réunion de planification entre les membres des deux comités techniques mis en place par les armées guinéenne et libérienne, pour la mise en œuvre de cette opération.

Prenant la parole, le colonel Michel Ange Bangoura, président du comité technique de la partie guinéenne est revenue sur la genèse de cette nouvelle collaboration militaire : « Le ministre de la défense du Libéria a accompagné le président George Weah en Guinée dans le cadre d’une visite officielle. Lors des visites de ses autorités libériennes, il a été question qu’aucun pays ne serve de base arrière pour déstabiliser l’autre. Cet engagement ferme a été donné par les autorités libériennes qui, en première position, nous ont rendus visite ici en Guinée. L’initiative a été prise que les deux pays mettent en place deux comités techniques, pour faire en sorte que la sécurité soit perceptible au niveau de nos populations. C’est dans ce cadre qu’une délégation technique s’est rendue à Monrovia les 22 et 23 juillet 2019 et nous nous sommes dits, parlant sur le plan militaire, ayant reçu l’ordre du politique, qu’il serait mieux de projeter une opération conjointe le long de nos frontières, avec des objectifs bien déterminés. Faire en sorte que les personnels des forces armées guinéennes et des forces armées libériennes travaillent conjointement dans un même cadre et au finish, que les populations soient rassurées de l’impact de la présence de leurs forces armées respectives », a-t-il fait savoir.

Selon lui, « c’est un processus qui vient de commencer, nous allons faire dans le but de faire en sorte que la quiétude règne le long de nos frontières et dans nos pays respectifs… Mais pour un premier temps, la zone concernée par cette opération, du côté guinéen, c’est la quatrième région militaire (Guékédou, Macenta, Lola, Beyla, Kissidougou…), donc la région administrative de Nzérékoré ».

De son côté, la chef d’état-major adjointe de l’armée libérienne, la générale de brigade Géraldine George, s’est plutôt penchée sur la nécessité pour son pays de nouer ce genre de collaboration avec ses voisins directs. « Le Libéria a passé une période de crise. Et le Libéria n’était pas le seul pays de l’Union Mano-River (Guinée, Sierra-Leone, Libéria, Côte d’Ivoire, NDLR) à avoir souffert de cette crise. Donc pour éviter de nous retrouver encore dans de telles situations, nous avons décidé de faire une manœuvre conjointe le long de nos frontières, afin de déterminer et mettre fin à la criminalité. C’est la première fois avec la Guinée, mais nous avons ce genre d’opération avec la Côte d’Ivoire… donc même si ça a pris du temps, mais nous comprenons que c’est le temps pour nous de s’unir et de mener cette opération ».

À la question de savoir, ce qui sera concrètement fait comme action sur le terrain dans le cadre de cette opération conjointe, la générale Géraldine George répond : « nous sommes à la phase de planification pour le moment et une fois cette phase terminée, une sensibilisation sera engagée, pour faire comprendre aux populations des localités concernées qu’une manœuvre militaire sera engagée dans leur voisinage, pourvu qu’elles ne soient pas surprises de la présence des militaires et des actions qui peuvent être menées ».

À en croire les responsables des comités techniques guinéen et libérien, cette opération conjointe sera menée à travers les ressources (Humaines et Matérielles) des armées des deux pays. Et les organisations internationales dont les deux nations sont membres (CEDEAO, Union Mano-River …) seront particulièrement informées.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici