Les journées citoyennes de prévention routière initiées par la Fondation Abdou Mbaye (FAM), se dérouleront à Conakry à partir du 20 septembre 2022. En prélude à cette activité qui doit s’étendre sur une année, le président de la fondation en a donné les couleurs sur le plateau de TV5.

A l’en croire, cette nouvelle activité arrive après la sensibilisation faite en octobre 2021 par sa fondation à l’endroit des Taxi-motards qui sont souvent les victimes des accidents. « On est sur une sensibilisation d’une année. A partir du 20 septembre, nous allons faire une synergie avec d’autres fondations pour pouvoir lancer les journées citoyennes et continuer la sensibilisation. Il y a un mois, malgré la sensibilisation, on a enregistré encore plus de 28 morts vers Telimélé. Nous à la fondation, on est assez basé sur la problématique des femmes. Donc cette journée citoyenne qui arrive, on va essayer de travailler avec des associations de femmes », a expliqué Abdou Mbaye.

Il n’a pas manqué de parler du problème que représente le caractère anarchique des taxi-moto dans le pays : « Ce sont des jeunes qui cherchent à se débrouiller. Il y a même parmi eux des universitaires qui ont fini leurs études. Mais qui n’ont pas eu d’emploi. En banlieue de Conakry aujourd’hui, il y a des cimetières qu’on appelle des cimetières de taxi-moto.  Nous avons essayé de faire des enquêtes auprès des hôpitaux, ou quand tu passes on te dit qu’à chaque 10 ou 15 minutes il y a un problème avec un motard. Il y a même des coins spéciaux pour les motards. Nous, nous pensons qu’il faut plutôt les organiser et encadrer ce qu’ils sont en train de faire. Parce qu’il y a beaucoup de familles qui  vivent à travers cette activité. »

Avant de rappeler que l’objectif de la fondation, « c’est comment changer notre communauté, comment changer l’Afrique demain. Parce qu’on pense qu’en Afrique il y a plus d’opportunités.  On essaye de changer la mentalité des jeunes pour pouvoir changer notre environnement ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com