Ils ont tous fondu en larmes dès que l’avion a atterri à 13h 54 min sur la piste de l’aviation militaire de Conakry.

Eux, sont des parents du lieutenant Soua Bonamou ; de l’adjudant-chef Alseny Yari Conté, du capitaine Pépé Theoro et de l’adjudant-chef Ibrahima Sory Soumah, tous des victimes de l’attaque terroriste à Kidal, au nord-Mali.

Pendant que les trois ambulances dans lesquelles les corps ont été embarqués passaient à pas d’escargot devant eux, certains parents des victimes ne pouvaient plus tenir débout. Et éclataient en sanglots. Moments d’émotions, moments intenables.

Cependant certains restaient sereins. C’est le cas d’un proche du lieutenant Soua Bonamou. ‘‘Quelqu’un qui a grimpé pour monter dans l’avion quand vous le revoyez comme ça dans une caisse, c’est vraiment insupportable. Mais comme il était dans la défense de la patrie, nous sommes satisfaits. Soua Bonamou est parti, nous laissant, nous, sa famille’’, nous a lancé M. Yéké Bérété qui s’est présenté à nous comme le père du jeune lieutenant qui laisse orphelins quatre enfants dont une fille et une veuve.

Pendant qu’on transportait les corps à la morgue, M. Mohamed Sylla, beau-père de l’adjudant-chef Ibrahima Sory Soumah, se montre croyant en nous indiquant que ‘‘si Dieu a prédit qu’il devait trouver la mort par balle cette année, il ne pouvait échapper à son destin. Donc, nous l’avons perdu grâce à la volonté de Dieu et il faut que je vous dise cela’’.

‘‘Maintenant nous portons notre espoir sur le gouvernement’’, indique-t-il.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com