Le jeudi 30 avril, la société  » SNA Africa SAS  » a poursuivi sa série remise de kits de lavage des mains, à des départements ministériels dans le cadre de la riposte contre la pandémie du COVID-19 qui, il faut le rappeler, prend une allure de plus en plus inquiétante dans le pays. 

Pour cette deuxième journée, une délégation dirigée par le directeur administratif de ladite société, s’est rendue aux ministères de l’Économie et des finances ; du budget et celui des mines et de la géologie, pour effectuer la remise officielle de ce don.

Ayant été reçue par les chefs de cabinet des ministres des départements concernés, l’entreprise sud-africaine, à travers sa délégation, n’a pas manqué de rappeler sa motivation à orienter ce geste vers ces ministères. Il s’agit, non seulement du fait que ces derniers soient à l’avant-garde de l’économie nationale, mais aussi et surtout, qu’ils constituent à cet effet, les endroits les plus exposés à cette pandémie mondiale, vu le flux de personnes dans leurs locaux. À cela s’ajoute le fait que le travail se poursuit dans ces départements, malgré l’existence de la maladie dans le pays.

Après la réception de ce don, les cadres des ministères bénéficiaires ont livré leurs sentiments au micro de notre reporter. C’est le cas notamment de Mamady Kaba, chef de cabinet du ministère de l’économie et des finances après avoir félicité la SNA pour le travail abattu depuis son arrivée en Guinée, a déclaré. « Nous avons dans notre département des personnes vulnérables et très exposées, dont des chauffeurs, des plantons, des secrétaires, qui ont besoin de protection dans les quartiers. Donc votre don est venu au bon moment, parce que chacun d’eux pourra être muni au moins d’un matériel dans sa concession, pour les gestes primaires de protection ».

Du côté du ministère du budget, où des cas positifs au COVID-19 ont d’ailleurs été déclarés, la cheffe de cabinet à remercier la société pour ce geste qui, à ses yeux, est gigantesque, avant de lancer : « nous savons que nous sommes en guerre contre cette maladie. Donc tous les moyens sont utiles et le fait de penser à nous, qui n’avons pas fermé nos portes malgré les menaces. Parce que si nous, nous fermons les portes, on ne pourra pas mesurer le dégât pour le pays ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com