Alpha Condé avait menacé au début de sa prise de bec avec Aboubacar Soumah, de faire fermer tout média qui donnerait la parole au syndicaliste rebelle, ce que lui-même lui a finalement offert et pas sur n’importe quelle radio et télévision ” LA RTG” média d’État. On est amené à s’interroger sur la recette d’une approche des différends où quoiqu’il advienne, in fine, on capitule.

Se rendre ainsi trouverait possiblement son dessein dans la volonté de se faire passer pour ce chef de ménage qui sait  observer profil bas même pour ses fils les plus récalcitrants, sauf que tactiquement ça fragilise la parole publique, l’ordre du général d’armée.

Depuis 2010, le pouvoir d’Alpha Condé s’illustre dans cette manière de résoudre les contentieux que cela soit avec l’opposition ou le mouvement syndical et à tous les coups, on se rend bien compte qu’il a toujours cédé qu’à la suite d’enlisement.

Visiblement c’est pas gagnant et mieux c’est après que c’en est suivies casses et morts d’hommes. Manifestement, le gouvernement ne réalise pas toute l’ampleur et le succès que connaissent, un peu partout, les mouvements protestataires dont le seul aboutissement reste la reconnaissance d’avoir titillé, réussi à faire plier des pouvoirs publics, des ordres établis donnés prescrits, inaliénables et intransigeants. Ces contestations sont bien de nos jours surdéterminées par la double conjoncture politique et économique du pays, où le dialogue politique et le contexte social sont de plus en plus et tout le temps rendus hypothétiques à tel point que cela s’apparente à une espèce d’empowerment de la rue, de la contestation. Ne serait-ce que voir tout le retentissement et le soutien dont le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, SLECG, sous la roulette de Soumah Aboubacar a connus de la part de l’opinion, le gouvernement se devait de comprendre que dans une telle figure, l’anticipation et le dialogue comme mode de gouverner, est l’alternative la meilleure pour s’éviter affres et faire gaffe.

La stratégie de l’enlisement et de l’épuisement ne paie pas !

Kabinet Fofana, politologue

Publicités