Kabinet Sylla alias Bill Gates

L’affaire qui implique l’ex intendant de la présidence de la République sous l’ère Alpha Condé, Kabinet Sylla alias Bill Gates et d’autres personnes pour des faits notamment de détournements de deniers publics a été expliquée par le parquet de la CRIEF.

Selon Joséphine Loly Tenguiano, substitut du procureur, « les groupes Djoma sont poursuivis pour les faits spécifiques de corruption dans le secteur privé, détournements de deniers publics, faux et usage de faux en écriture, vol en bande organisée, recel de fonds publics, enrichissement illicite, concussions, abus d’autorité, blanchiment de capitaux et complicité ».

Et d’expliquer: « c’est suivant un procès-verbal de rapport de synthèse en date du 28 janvier 2022 de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF) qui a fait constater que la société Djoma group est une société anonyme qui a pour administrateur général et actionnaire unique monsieur Kabinet Sylla qui était l’intendant général à la présidence de la République de Guinée, nommé suivant décret du 04 février 2014 avec un salaire mensuel de 7 millions de francs guinéens. A ce titre, le sieur Kabinet Sylla a géré des milliers de milliards de budget de la présidence pendant plus de huit ans. Lorsque nous avons été saisis donc de cette procédure, le 6 septembre 2021, Djoma group a effectué un transfert égal à 1 million de dollars USD en faveur d’un particulier qui, interpellé par les autorités, donc la CENTIF, n’a pas pu justifier le motif de cette transaction. La société n’a pu fournir aucune justification économique fiable. Il a été aussi remarqué que suivant ce procès-verbal, que plusieurs opérations suspectes ont été réalisées sur plusieurs comptes bancaires des groupes Djoma avec des montants évalués en francs guinéens, en devises étrangères par des personnes qui n’ont pas été identifiées mais certaines ont pu être identifiées. C’est vu toutes ces opérations que la CENTIF a fait un rapport avec des pièces justificatives. On nous a saisis de cette procédure, nous avons donc saisi la chambre de l’instruction. Devant la chambre de l’instruction, qu’à la date du 27 janvier 2022, notre parquet à travers un réquisitoire introductif dans lequel il a été demandé d’ordonner des saisies, des gels et toutes autres… »

Pour finir, elle a indiqué qu’aujourd’hui des actes sont en train d’être posés au niveau de la chambre de l’instruction.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com