Le coup d’envoi de la 7ème édition du Symposium mines Guinée a été donné ce mardi 15 novembre 2022. Cet évènement qui se déroulera jusqu’au 17 novembre sous le thème, « optimiser l’industrie minière pour catalyser le développement socio-économique de la Guinée », au Chapiteau du Palais du peuple, a été présidé par le président de la Transition, le colonel Mamadi Doumbouya.

Dans son discours d’ouverture, Moussa Magassouba, ministre des Mines et de la Géologie, a dégagé les objectifs assignés à ce rendez-vous qualifié de plus grand évènement ouest africain de l’industrie minière. « Le symposium Mines Guinée (…) revêt une importance capitale, car il s’agit de mettre en lumière non seulement le gigantesque potentiel minier et géologique de notre cher pays la Guinée, mais aussi les reformes engagées depuis la prise du pouvoir par le Comité National de Rassemblement pour le Développement (CNRD) à sa tête votre excellence. Il est d’une notoriété que le symposium Mines Guinée est le plus grand évènement minier de la sous-région ouest africaine et le 2ème en Afrique car il rassemble plus de 3000 investisseurs miniers venus de partout dans le monde », a-t-il dit d’entrée.

Et de poursuivre : « Comme vous le savez, la République de Guinée, a dans sa politique stratégique minière taillée pour favoriser l’investissement, adopté un code minier très attractif qui consacre en plus des avantages douaniers et fiscaux des exonérations exponentielles à toutes les sociétés en phase non seulement d’exploration mais aussi de développement de projet minier. Dans le cadre du traitement des dossiers pour l’obtention des permis miniers, un dispositif de digitalisation du cadastre minier, à travers le concours de la Banque Mondiale, a été mis en place par le ministère des Mines et de la Géologie à travers le Centre de Promotion et de Développement Minier (CPDM) afin d’assurer la célérité des décisions. »

Le ministre des mines a par la suite invité les différents acteurs de la chaîne minière à plus de responsabilité afin d’aboutir à un partenariat gagnant – gagnant.

« Nous connaissons les risques liés à l’investissement d’un projet minier et les décisions difficiles qui viennent avec; nous comprenons vos difficultés, vos défis mais également vos gains. Nous sommes nous-mêmes spécialistes de l’industrie minière. Au même moment, nous devons, collectivement, chercher à comprendre les difficultés des communautés hôtes, détentrices elles- mêmes des terres desquelles sortent les substances minérales sujettes à l’exploitation. Assises sur des richesses inestimables, ces communautés restent tout de même parmi les plus pauvres de l’Afrique. En guise d’exemple, en 2021, la Guinée a exporté approximativement 88 millions de métriques tonnes de bauxites; cette année elle compte exporter environ 90 millions de tonnes. A un prix moyen normal de $35/t, ceci rapporterait au moins $3 milliards; Pour une part de l’État de 15% consacrée dans le code minier, la Guinée devrait encaisser $1.5 milliards sans compter les impôts. Mais en réalité, la Guinée n’encaissera pas plus de $650 millions. Ceci rappelle une conscience collective pour nous tous », a mentionné Moussa Magassouba.

En raison de la pertinence du thème, Moussa Magassouba a invité les participants de bien profiter des panels qui seront animés par d’éminents experts miniers nationaux et internationaux afin d’explorer les nouvelles opportunités d’affaires.

Thierno Abdoul Barry pour guinee7.com