Mercredi, au Palais du peuple, la commission parlementaire en charge de la santé a présenté le rapport de ses différentes visites des structures sanitaires du pays. Ce rapport est le résultat de la visite d’une vingtaine de préfectures et certaines de leur sous-préfectures, du 23 juillet au 01 août, 2018.

Après cette visite, la commission s’est réjouie d’une certaine amélioration du système de santé, par rapport au bilan de 2017. Durant le travail sur le terrain, elle a fait 16 constats plus ou mois reluisants sur la situation du pays dans le domaine sanitaire. Parmi ces constats, la commission a surtout constaté l’effectivité de la gratuité de la césarienne à l’intérieur du pays, malgré le manque de quelques suites sanitaires.

Selon ce document,  « la Guinée connaît une nette amélioration de l’hygiène et de l’assainissement dans la majorité des structures sanitaires, celle des équipements et matériels dans la majorité des structures et celle de la gestion des ressources humaines, dont plus de 80% du personnel muté ont rejoint leur nouveau service”.

Pour le président de la commission santé de l’Assemblée nationale, l’Honorable Ben Youssouf Kéita, malgré les points positifs gagnés en 2018, du chemin reste à faire, surtout au niveau des ressources humaines. « Avec les partenaires techniques et financiers, il a été promis de recruter 4 000 agents de santé de toutes les spécialités confondues ».

Toutefois, la commission note la faiblesse et le retard des subventions, le retard des travaux de rénovation et d’extension du CHU Donka et de l’intérieur du pays (Dabola), mais aussi la faible communication du ministère de la Santé et la faible déconcentration des services spécialisés.

Elle déplore aussi la vétusté de certains centres de santé à l’intérieur, dont celui de la sous-préfecture de Kounsitel, où les matelas sont toujours en paille ; et certains centres de santé de Siguiri sont sans matelas.

Dans le même document, la commission fait des recommandations qui sont entre autres : inscrire dans les priorités du ministère en termes d’infrastructure, la rénovation du CHU Ignace Deen, à l’image de Donka. Mettre en place des dispositions rapides pour les infrastructures en chantiers à l’intérieur du pays (hôpitaux de Dabola, de Karifamoria, de Fria etc.), et aussi du CHU Donka ; mettre en place un système de maintenance des équipements, au moins dans chaque préfecture ; améliorer la disponibilité à temps des médicaments dans les structures sanitaires de l’intérieur ; développer et mettre en œuvre des stratégies de déconcentration de certains services déconcentrés (ORL, diabétologie, urologie).

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

 

 

Publicités

Laisser un commentaire