Ibrahima Kourouma, ancien ministre de la Ville, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire sous Alpha Condé, et Mohamed Maama Camara, étaient attendus, ce jeudi 24 novembre 2022 au tribunal de première instance de Dixinn. Ils sont poursuivis par les victimes du déguerpissement de Kaporo Rail, Dimesse et Kipé 2, pour des faits de « rébellion, destruction de biens privés, brisure de clôture et enlèvement de bornes, abus de d’autorité et de fonction ».

Une fois le dossier évoqué, le tribunal a constaté la non présence des prévenus dans la salle. Selon Alpha Bacar Cissé, représentant du ministère public à l’audience, les personnes citées avaient reçu les cellules de citations. « Aujourd’hui, nous n’avons aucune idée sur la raison de leur non présence », a-t-il dit.

Ensuite, l’avocat de la partie civile, a fait savoir au tribunal qu’un des prévenus en l’occurrence Ibrahima Kourouma, est en détention à la Maison centrale pour une autre affaire dans une autre juridiction. Et c’est au parquet de diligenter des actions pour faciliter son extraction de la prison.

Prenant la parole, Me Fidèle Kondiano, avocat d’Ibrahima Kourouma, a laissé entendre que son client « n’est pas libre de ses mouvements ». Il a aussi demandé au tribunal de renvoyer l’audience à un mois, le temps pour lui de connaître le dossier.

Demande rejetée en bloc par le ministère public. Pour lui, actuellement c’est faire comparaître les prévenus qui est sur la table. Dans la foulée, Me Dramé, avocat des parties civiles a remis des clés USB contenant les preuves des accusations d’à peu près 4 mille pages.

Après tout, le juge Amadou Sy a renvoyé l’audience au 8 décembre pour la comparution des accusés.

Bhoye Barry pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.