Poursuivi pour détournement de deniers publics et complicité, l’ancien directeur général de l’Office Guinéen de Publicité (OGP), Paul Moussa Diawara, a été entendu, ce mercredi 25 juillet, par le TPI de Kaloum.

Face aux magistrats, le président du Mouvement des Patriotes pour le Développement (MPD) a fait des précisions sur sa gestion des fonds de l’OGP, avant de faire des révélations sur sa relation avec le ministre Sanoussy Bantama Sow qui, à un moment, a été président du Conseil d’administration de ladite structure. À en croire l’ex-directeur de l’OGP, les choses ne tournaient pas en rond entre lui et l’actuel ministre en charge des sports.

Situation qui, selon lui, aurait joué un rôle important dans son limogeage à ce poste. Selon Paul Moussa, « sur l’administration, il (Bantama Sow, ndlr) a voulu que je nomme trois personnes pour lui à des postes stratégiques, dont la femme d’un de ses amis… Sur les trois personnes qu’il a recommandées, j’ai accepté de nommer une seule, notamment la dame, aux ressources humaines ».

Pour lui, Bantama Sow voulait avoir un contrôle absolu sur l’OGP. « Il avait dit que si je ne me débarrasse pas de mon DAAF, j’aurais des problèmes. Et que je verrais un autre DAAF venu d’ailleurs et qui n’allait pas m’obéir ».

Plus loin, Paul Moussa Diawara a fait savoir que le ministre Bantama a eu beaucoup de privilèges de l’OGP en tant que président du conseil d’administration. Notamment le logement, le prix du carburant et autres, dont le financement provenait directement des caisses de l’OGP.

Par ailleurs, l’ancien DG de l’Office Guinéen de Publicité a ajouté qu’aucune de ces dépenses n’a été prise en compte par le rapport d’audit qui a été établi et qui l’incrimine.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici