Le tout premier ministre des Affaires étrangères du Colonel Mamadi Doumbouya, président de la junte guinéenne, multiplie des impairs qui semblent mettre à nu les limites de Dr. Morissanda Kouyaté. À peine installé, le tout premier ministre des Affaires étrangères a semblé ouvrir les hostilités avec la communauté internationale en se livrant à des déclarations inutiles, inopportunes, trempée dans un nationalisme de pacotille. Des propos du genre « notre Transition n’est pas négociable » n’ont d’abord aucun sens, paraissent, ensuite, comme la manière la plus claire et directe de faire une déclaration de guerre à l’endroit non seulement de la communauté internationale mais aussi des Forces vives de l’intérieur du pays.

Alors que de nombreux Guinéens ont soutenu ce coup d’état synonyme de libération pour eux et que la communauté internationale, en dépit de la condamnation de principe, manifeste une certaine compréhension face au changement de régime devenu nécessaire au regard des incertitudes du régime d’Alpha Condé ; alors que même le tombeur  de ce dernier,  le Colonel Mamadi Doumbouya, multiplie des gestes et actes pour justifier son coup de force et conduire sa transition dans l’harmonie avec l’opinion nationale et internationale, ces propos guerriers démagogiques du « diplomate » Morissanda Kouyaté resteront l’indélébile tâche d’huile qui risque de se retourner contre le CNRD et son Gouvernement dès que les premiers couacs se présenteront demain.

Assurément, Dr Morissanda Kouyaté est un drôle de ministre des Affaires étrangères. Si drôle et ridicule qu’il signe les actes officiels du département avec le titre de « Prix Nelson Mandela des Nations Unies ». Est-ce que le « Prix Nelson Mandela des Nations Unies » est un département ministériel en Guinée ?

À l’instar de Dr Morissanda Kouyaté, dont le passé est sujet à controverse au ministère de la Santé dans la gestion de certains projets, bien de ministres commencent déjà à sombrer face à la réalité sinon à l’épreuve du pouvoir.

Non, il faut que ces ministres arrêtent de faire honte et de ridiculiser la Guinée par de tels agissements qui mettent à nu leur véritable niveau tronqué derrière un curriculum vitæ déformé et falsifié.

Décidément, certains ont abusé de la confiance du président de la Transition avec des recommandations très sulfureuses et douteuses. Sans doute que le temps édifiera le Colonel Mamadi Doumbouya, mais la sphère de la haute gestion des affaires de l’état n’est pas un lieu d’apprentissage ou de stage.

Mohamed Cissé pour guinee7.com