Moustapha Naïté, ministre des Travaux publics, était l’invité de nos confrères d’espace FM dans l’émission Les grandes gueules, de ce lundi 21 septembre 2020. Durant près de 2 heures, le chef du département des Travaux publics guinéens est revenu sur l’état actuel du réseau routier guinéen, le budget de son département, son engagement politique ; bref défendu le bilan du président Condé, son mentor.

Sur l’état des routes guinéennes…

Le ministre Naïté estime devoir la vérité aux Guinéens. Et y est allé sans fioriture. « Ce que je sais, ce qui est évident, c’est que l’état de nos routes aujourd’hui n’est pas reluisant. C’est un euphémisme que le dire (…). C’est trop prétentieux de ma part de venir m’asseoir ici dire que je ne partage pas la souffrance des populations. Il n’y a pas plus tard que la semaine dernière, le premier ministre en personne dans la circulation, sa sirène est tombée dans un trou. Il m’a interpellé sur l’état de la route. Donc, c’est tout à fait légitime, nous comprenons aujourd’hui les complaintes des populations qui sont légitimes », reconnait-il.

Cause de la dégradation rapide et très poussée des routes en Guinée

« Il y a une combinaison de plusieurs facteurs : la pluviométrie, le trafic des poids lourds sur la route mais aussi les actions nocives souvent des riverains, des usagers avec des agressions qu’on connaît sur la route. Et des dos d’âne érigés par ci par là, les bouchages souvent des caniveaux. (…), l’eau est l’ennemi numéro un d’une route », rappelle-t-il.

Le budget du ministère des Travaux publics revu à la hausse après une réduction    

« D’abord l’action gouvernementale repose sur la solidarité. Le président de la République et le premier ministre, chef du gouvernement font les arbitrages. Chaque ministre joue son rôle. Est que le budget a été amputé de 79% ?  Oui ! Je me suis battu pour que les lignes bougent ? Oui ! Le premier ministre était à l’écoute, on a rehaussé le budget à 28 %. Il y a eu un retard dans le traitement des dossiers. Je vous dis, encore une fois, madame la ministre (du Plan et du Développement Économique, NDLR) a fait très bien son travail. La solidarité n’a jamais manqué et nous travaillons ensemble. Ça c’est une vérité », explique-t-il. 

Son engagement politique…

« La politique, comme je l’apprends auprès du chef de l’État ; en politique, la première chose, c’est la discipline. Et la politique est bien organisée. Il y a dedans l’animation, la réflexion, l’action. Moi, j’ai un Général qui s’appelle le président Pr Alpha Condé qui distribue les rôles aux uns et aux autres… Vous voyez un soldat devant le Général, c’est le Général qui dit où aller. Donc moi je suis dans l’action, dans ce qui m’a été confié par le chef de l’État par rapport à ce qui doit être fait par rapport à sa vision pour le pays. C’est ça aussi la politique, c’est la discipline… ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199