Ce lundi 21 octobre, le ministre en charge de l’Unité nationale et de la citoyenneté a reçu en audience, une délégation du « Groupe National de Contact », une structure mise en place au mois de février dernier et qui vise à susciter et soutenir un processus de dialogue, de concertation et de réflexion stratégique de haut niveau pour renforcer la base de l’unité nationale et de la paix.

Au cours de cette rencontre qui a duré environ une heure, deux principaux sujets ont été évoqués, il s’agit notamment du compte rendu des tournées à l’intérieur du pays du Groupe National de Contact (GNC) pour recueillir l’avis des populations à la base, par rapport à la mise en place de cette nouvelle structure ; mais aussi et surtout, les voies et moyens pour une sortie rapide de la crise sociopolitique que traverse le pays depuis plus d’une semaine.

Prenant la parole, Mme Hadja Saran Daraba Kaba, au nom du GNC a précisé que « le groupe a fait des tournées à l’intérieur du pays où il est allé se présenter pour recueillir l’avis des populations à la base. Nous étions venus voir le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, pour lui faire part de l’espoir que la mise en place du groupe national de contact a suscité, parce que partout où nous sommes passés, on nous a dit ‘nous avions honte que des étrangers viennent intervenir entre Guinéens’. Donc la mise en place du groupe national de contact a été saluée par la population et nous avons recueilli les conseils et les suggestions de ces populations par rapport au courage qu’on devait avoir pour parler aux uns et aux autres, mais aussi faire en sorte que le pays qui nous est commun ne brûle pas. Les populations nous ont aussi demandés que ce ministère soit aussi représenté à l’intérieur du pays ».

De son côté le ministre Taran Diallo, s’est plutôt penché la situation sociopolitique qui prévaut en république de Guinée, tout en déplorant et en condamnant les cas de morts et de blessés enregistrés au cours des dernières manifestations de rue qui ont eu lieu dans le pays. Après avoir qualifié le GNC de l’antidote d’importations d’étrangers pour régler nos problèmes, Taran Diallo a au nom de son département, demandé à ce groupe d’agir beaucoup plus sur la prévention de ce genre de situation.

Selon lui, « il faut faire en sorte, qu’aucun Guinéen pour son opinion, pour ses activités politiques, ne soit blessé ou à plus forte raison, tué… C’est comment faire en sorte que tous ceux qui s’investissent dans la paix, dans la quiétude et dans la réconciliation puissent agir pour qu’aucun Guinéen ne soit ni blessé à plus forte raison, tué. Comment faire en sorte que si finalement, il doit y avoir des manifestations, à tout prix, que ces manifestations soient pacifiques. C’est que dans le combat politique, tout peut s’exprimer de façon libre mais dans la paix et la quiétude sociales ».

Par ailleurs, le ministre guinéen de l’Unité nationale et de la citoyenneté a dit que l’objectif visé par la mise en place du groupe national de contact, « n’est pas de refouler des étrangers, mais c’est faire en sorte qu’on ne soit pas à la catastrophe et que des Guinéens ne puissent pas parler et régler des conflits entre Guinéens ».

 À noter que le groupe national de Contact est composé des religieux, des sages et d’un troisième groupe de « personnes réputées de grandes intégrités ». Ces personnalités ont toutes été choisies par les trois groupes parlementaires de l’Assemblée nationale.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com       

Publicités

Laisser un commentaire