Le Mouvement Nouvelle Génération Politique  (NGP), un parti politique qui avait soutenu de la candidature de Cellou Dalein Diallo au scrutin du 18 octobre dernier, reconnaît la réélection d’Alpha Condé à cette élection. C’est dans une déclaration rendue publique, ce lundi 16 novembre, dans la salle Mohamed Koula Diallo de la Maison de la presse, que la présidente dudit mouvement a fait l’annonce. 

« A l’occasion de la présidentielle du 18 octobre, la NGP a préféré le candidat de l’UFDG et de l’ANAD, Cellou Dalein Diallo, aux autres. Elle avait battu la campagne pour l’alternance. Alors que les institutions habilitées à proclamer les résultats ont déclaré le Professeur Alpha Condé vainqueur, la NGP qui se veut un mouvement républicain, se sent obligée de respecter la volonté de la majorité des Guinéens, des principes élémentaires de la démocratie et de la légalité », a  déclaré Oumou Kadé Soumah, la présidente du NGP.

Poursuivant sa la lecture, elle souligne : « Avant même la déclaration des résultats définitifs du 18 octobre, des violences ont éclaté dans certains quartiers de la capitale et dans certaines villes du pays. Elles ont fait des morts parmi la population civile et des agents de sécurité. Elles ont aussi conduit à des destructions de biens publics et privés. Nous les condamnons et regrettons la séquestration dont le président de l’UFDG a fait l’objet ».

Toutefois, le NGP regrette le que fait que « le président élu a tendu la main à tous les fils et filles de Guinée, alors qu’il appelle à l’apaisement, les bureaux du siège et du quartier général de l’UFDG sont fermés par les autorités, une chasse aux sorcières est engagée contre les militants et cadres de ce parti (…) », a-t-elle lancé avant de dire : « Le président Alpha Condé qui a une plus grande expérience politique, est capable d’unir. Nous l’exhortons à s’engager dans la voie de l’apaisement ».

Pour une sortie de crise que traverse le pays, la NGP propose six (6) points à savoir : « Premièrement, que le président Alpha Condé appelle lui-même le président de l’UFDG pour dialoguer directement avec lui. Qu’il fasse la même chose avec les responsables des principaux partis d’opposition. Ce n’est pas l’océan qui les sépare… Deuxièmement, que les prisonniers politiques soient libérés ou graciés. Troisièmement, que des enquêtes soient ouvertes pour situer les responsabilités des violences passées et traduire devant les juridictions les auteurs de ces violences… Quatrièmement, que les victimes reçoivent des réparations adéquates. Cinquièmement,  que le président de la République use de ses prérogatives constitutionnelles pour dissoudre l’Assemblée nationale et engager une législature anticipée. Et sixièmement, que le président Alpha Condé maintienne sa main tendue et travaille avec les filles et fils de Guinée pour le bien du pays », a conclu Oumou Kadé Soumah. 

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199 

2 Commentaires

  1. Ça de la foutaise. Une assemblée nationale légalement établie ? Ce ne serait pas sérieux. Qu’on respecte un le peuple de Guinée qui s’est exprimé dans les urnes pour élire les députés.

  2. C’est de la foutaise. Une assemblée nationale légalement établie ? Ce ne serait pas sérieux. Qu’on respecte un le peuple de Guinée qui s’est exprimé dans les urnes pour élire les députés.

Comments are closed.