C’est dans le cadre du projet Sanita Villes Durables, que s’est ouvert, ce mercredi 4 décembre, à Conakry, sous l’impulsion technique de ONU-Habitats et l’appui financier de l’Union Européenne, le Forum urbain national de Guinée (FUNAGUI) avec le thème “La gouvernance des institutions, l’urbanisation durable et les opportunités de croissance économique soutenable à l’horizon 2040”.

Ouvert par le ministre du Commerce, Boubacar Barry, en présence de certains membres du gouvernement, ce forum de trois jours (du 4 au 6 décembre), sera l’occasion pour les représentants administratifs de Conakry et sa périphérie et des acteurs de la société civile, de discuter sur les questions concernant entre autres : l’insécurité foncière, une meilleure gouvernance des terres et l’urbanisation durable.

Pour le contexte, le représentant de ONU-Habitat, Claude N’Gomsy, a informé que : « Ce projet vise à faciliter le développement des solutions endogènes ou mixtes, pour améliorer la gouvernance nationale et locale dans les villes guinéennes ».

Plus loin, il explique les enjeux de cette démarche : « Avec un taux d’urbanisation de 28% en1990, et une population urbaine estimée à plus d’un million et demi de personnes, la Guinée regroupe près de 40% de sa population dans les établissements humains urbains, à ce jour. Selon les projections, le Guinée abritera 56% des urbains contre 44% de ruraux à l’horizon 2050 ; soit 13.7 millions d’habitants contre 4.4 millions en 2014 (…) En un an d’intervention, il ressort de nos premières observations, la nécessité de multiplier le dialogue entre les services centraux et régionaux en charge de l’urbanisme et l’aménagement du territoire, tout en promouvant une coordination plus efficace et une gestion plus transparente des programmes urbains à toutes les échelles spatiales et institutionnelles. Ce sont là les conditions de réussite des initiatives visant à améliorer le bien-être des populations, de l’atteinte de l’objectif 11 du développement durable et de la mise en œuvre inclusive du nouvel agenda pour les villes de Guinée ».

Au nom du gouvernorat, Moundjour Chérif, directeur de cabinet, a exprimé sa joie et celle de ses pairs : « Acteurs et partenaires nationaux et internationaux ici présents, recevez par ma voix ici, l’expression éloquente de la satisfaction des 2 millions 860 mille habitants des communes et quartiers de Kaloum, Dixinn, Matam, Ratoma et Matoto ; ainsi que de la sous-préfecture et districts de Kassa, pour l’effectivité de la présente rencontre. Nul doute qu’en l’occurrence, il s’agira de poser un diagnostic clair de nos maux, que dis-je, de panser nos plaies, afin qu’aucune question ne se pose par la suite, pour dire où sont les remèdes ? Car comme le disent les professionnels des sciences médicales, qui pose un bon diagnostic, fera un bon traitement ».

A son tour, Pr Georges Alfred Ki-Zerbo a parlé au nom du Système des Nations Unies. Il a déclaré dans ses propos que : « En Guinée, il est heureux de constater que sous la direction des plus hautes autorités, les questions liées à l’urbanisation durable occupent une place de choix dans le Plan national de développement économique et sociale (PNDES), auxquel le système des Nations-Unies a aligné son Plan-cadre d’assistance pour le développement 2018-2022. Pour ce faire, beaucoup d’efforts ont déjà été fournis ; preuve que cette problématique de l’urbanisation durable est une priorité pour les autorités nationales et pour la communication du développement international. Le système des Nations-Unies, avec son agence spécialisée ONU-Habitat, prend la mesure de ces enjeux et l’a intégré de façon transversale dans les quatre piliers de son plan stratégique. Un plan national de développement pour la Guinée, discuté au cours de ce forum, est donc un motif d’espoir, de satisfaction, pour l’équipe pays du Système des Nations Unies. »

« C’est pourquoi, je voudrais, en cette occasion, réaffirmer le soutien du système des Nations-Unies et notre engagement total à accompagner le gouvernement de la république de Guinée dans les programmes et projets de développement transversaux, comprenant les partenariats public-privé, avec une participation citoyenne et communautaire intense, en vue de l’atteinte des ODD, avec la participation des autres parties », a-t-il fait savoir.

Le ministre Boubacar Barry quant à lui, a rappelé que : « Cette rencontre se tient dans un contexte marqué par l’augmentation sans cesse de la population urbaine, la juxtaposition des quartiers huppés et des habitats précaires, l’occupation anarchique des espaces, la réalisation de constructions illégales jusque dans le domaine public maritime, et ce, malgré les multiples efforts fournis çà et là par les acteurs du secteur de la planification urbaine et de l’habitat ».

Enfin, il a renchéri que : « Au cours de vos travaux, chers participants, vous passerez en revue la problématique du Schéma national d’aménagement du territoire de la Guinée, en vue d’une planification urbaine qui tienne compte des défis d’infrastructures, de services sociaux de base, de l’assainissement urbain, du changement climatique… Au regard de la diversité des différents facilitateurs et modérateurs chargés de conduire les débats du présent forum, je reste convaincu que les recommandations auxquelles vous aboutirez vont permettre l’élaboration et la réactualisation du document de référence sur l’urbanisation durable et la problématique du foncier en Guinée ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités