illustration

Un groupe de 119 migrants subsahariens en situation irrégulière a réussi lundi à pénétrer dans l’enclave espagnole de Melilla, après avoir franchi la triple clôture métallique la séparant du Maroc, selon les autorités espagnoles

Au total, environ 200 migrants ont essayé de forcer le passage depuis le Maroc vers 04H30 du matin (02H30 GMT), a indiqué la préfecture de Melilla à l’AFP.

La Garde civile espagnole et la police marocaine se sont rapidement mobilisées pour essayer de les en empêcher, mais 119 migrants, tous des hommes, ont réussi à entrer à Melilla.

Ils ont été immédiatement conduits au Centre de séjour temporaire (CETI) et placés dans une zone spéciale afin d’y être soumis à des tests pour le Covid-19.

Cinq gardes civils et un migrant ont été blessés lors de l’incident, selon la préfecture.

Melilla est avec Ceuta — l’autre enclave espagnole sur la côte marocaine — la seule frontière terrestre de l’Union européenne avec l’Afrique.

Les deux villes sont soumises depuis des années à une forte pression migratoire, à laquelle s’ajoute depuis le printemps 2020 la fermeture de la frontière du côté marocain, officiellement pour éviter l’entrée de cas de coronavirus.

En mai, Ceuta a été secouée par l’arrivée soudaine de plus de 10.000 migrants, en grande majorité des jeunes et des adolescents marocains.

Cette vague migratoire inédite s’est produite à la faveur d’un relâchement des contrôles par Rabat sur fond de crise diplomatique avec Madrid en raison de l’accueil en Espagne, pour y être soigné, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, ennemi juré du Maroc.

M. Ghali a quitté l’Espagne début juin pour l’Algérie, mais les relations entre Madrid et Rabat restent tendues.

La préfecture de Melilla a toutefois souligné la « collaboration active » de la police marocaine lundi pour tenter d’empêcher cette entrée de migrants.

AFP