Les chantiers dans les communes urbaines de Dalaba, Pita et Labé ont fait l’objet de visites de la mission de contrôle du ministère des Travaux publics. Partout où le ministre Moustapha Naité est passé, ce dimanche 19 mai, le constat est le même. Les travaux avancent à grands pas. Dans toutes les trois villes, le bitumage a déjà commencé.

« Aujourd’hui, nous sommes à un niveau d’avancement en terrassement de façon générale à hauteur de 40%. En termes d’ouvrage, nous avons entamé une série d’ouvrages d’assainissement sur des lignes dont les couches de base ont été lancées. En termes d’imprégnation, à Labé, nous sommes un peu en avant, à  Dalaba et à Pita, tout ce qui a été imprégné a fait l’objet de bitumage. De façon  générale, nous avons 2 km finis à Pita, 4 kilomètres presque imprégnés à Dalaba et 2 km et demi enfouillés à Labé », a fait savoir Armel Tcheuffa, chef de projet des villes de Pita, Dalaba et Labé.

« Nous avons fait la voirie urbaine de Dalaba de 15 km, la voirie urbaine de Pita et celle de Labé. Donc, nous sommes venus constater ce qui a été fait sur tous les chantiers », ce sont ces mots prononcés, à l’entame de son discours, par Moustapha Naité, après sa visite des chantiers.

« Je dois dire qu’à Dalaba, nous sommes globalement satisfaits de ce qui est en cours. Sur les 15 km, les dégagements sont totalement faits, l’entreprise est sur les couches de fondation et l’imprégnation qui a été faite sur un certain nombre de tronçons déjà. Quant à Pita, nous sommes contents et très heureux, parce que le bitume a déjà commencé à être posé sur à peu près 2 à 3 km. A Labé, les dégagements sont déjà finis sur les 15 km, l’entreprise est sur les couches de fondation de base. Ça aussi, ça évolue à une allure acceptable », a-t-il renchéri.

Contrairement à la Haute-Guinée et à la Guinée forestière, au Fouta, les travaux sont en avance. Une avancée qui satisfait le ministre Naité, à plus d’un titre. « Ces entreprises qui sont au Fouta ont avancé plus rapidement que les autres. Mais l’objectif de notre sortie, c’est justement de mettre le doigt là où ça n’a pas marché très bien ; faire en sorte que ces entreprises évoluent à la même cadence que celles qui évoluent au Fouta. Donc, nous sommes satisfaits globalement. En Haute-Guinée et en Forêt, quelques entreprises sur la cinquantaine, n’ont pas bien travaillé. Nous leur avons demandé d’aller vite », a-t-il laissé entendre, tout en précisant qu’il n’y a rien de politique dans la réalisation de ces projets.

Bhoye Barry envoyé spécial pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire