Selon la victime, l’affaire remonte au lundi 25 février dernier, lorsqu’en revenant de l’école, mademoiselle X, en classe de 8ème année dans une école privée de la place, aurait rencontré son professeur, un des responsables du bureau local du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SECG), qui l’aurait fait monter de force dans une voiture pour une destination inconnue.

Dans la journée de ce mercredi 06 mars 2019, la jeune fille s’est confiée à Guinee7.com « C’est le lundi 25 février, quand je suis allée le soir à l’école, pour les cours de révision, à mon retour, j’ai rencontré notre professeur de français (NDLR, Mr Cellou) ; il était dans une voiture avec un de ses amis. Ils ont garé, et Monsieur Cellou m’a appelée ; il m’a demandé où je partais, je lui ai répondu que je rentrais à la maison, puisque le professeur n’était pas venu pour les cours de révision. Monsieur Cellou m’a demandé de monter dans la voiture et des les suivre, j’ai dit non. Ils ont insisté et m’ont fait monter par la force ; après cinq minutes, j’ai perdu conscience. C’est le lendemain que je me suis retrouvée complètement épuisée, dans une habitation, mon téléphone à côté. J’ai aperçu des jeunes dans la cour, qui m’ont aidé à sortir, j’ai pris un taxi moto pour regagner ma famille ; j’ai expliqué à mon père, nous sommes allés à l’école ; de là, nous nous sommes rendus à la direction régionale de la sûreté. Après, on m’a envoyée à l’hôpital, les médecins ont dit que j’ai été touchée ; actuellement, nous sommes à la justice ».

A la question de savoir si auparavent son professeur lui faisait des avances, mademoiselle X répond : « Quand il nous enseigne, dès fois, il m’appelle à la terrasse pour me signifier qu’il aime les femmes de teint clair et qu’il m’aimait. Mais je lui réponds toujours que je suis venu pour étudier. Finalement, à chaque fois qu’il rentrait en classe, il me faisait sortir ».

Selon Mademoiselle X, le certificat médical versé au dossier fait état d’une défloraison. Nous n’avons pas accédé au dossier pour l’instant, qui est déjà au tribunal de premières instance de Labé.

Joint au téléphone, le principal incriminé dans cette affaire, Mamadou Cellou Diallo, chargé de communication su SLECG, s’est abstenu de tout commentaire. Il dit attendre la décision de la justice avant de se prononcer.

Samoura Mohamed pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici