Le président Alpha Condé en compagnie d’une forte délégation ministérielle, a effectué une ‘‘visite de travail’’, ce samedi 25 janvier 2020, dans la préfecture de kindia. Au cours de cette visite, il a procédé à l’inauguration de deux ponts dans la sous-préfecture de Bangouyah avant de se rendre dans la sous-préfecture de Friguiagbé où il a aussi procédé à l’inauguration d’une usine de transformation des fruits tropicaux, les infrastructures réalisées par l’ANAFIC et au lancement de l’ANIES.

Apres l’inauguration des deux ponts dans la sous-préfecture de Bangouyah reliant kindia à Télimelé ; le président Alpha Condé s’est rendu dans le district de Kolyagbé, dans la sous-préfecture de Friguiagbé préfecture de kindia où il a inauguré une usine de transformation des fruits tropicaux. Après ces étapes, le numéro un Guinéen s’est rendu au stade Sayon Soumah alias Kibongué de Friguiagbé où l’attendait une foule en liesse avec une forte disposition sécuritaire. Dans son discours, il précise : ‘‘Lorsque j’ai été élu président de la république en 2010. J’ai hérité d’un pays et non d’un État.  On avait une économie moribonde endettée, une armée désorganisée. Les infrastructures déliquescentes. J’ai commencé par rebâtir l’Etat en réorganisant l’armée, en stabilisant les indicateurs macro-économiques. En désenclavant le pays, en nouant les liens avec des bailleurs de fonds. En mettant les infrastructures de bases. En depuis, la crise sanitaire de l’épidémie d’Ebola qui a freiné notre élan de développement et affaibli le fondement économique. Il est indéniable que la Guinée s’est progressivement enrichie. Le produit intérieur brut a doublé depuis mon accession au pouvoir. Le secteur énergétique est relancé, l’agriculture guinéenne bénéfice d’un soutien de la part du gouvernement. Son activité est renforcée au plan national et international. Nous avons lancé l’industrialisation mais il faut partager la prospérité. J’ai toujours dit aux Guinéens que mon mandat était au service des pauvres malgré la forte croissance économique enregistrée, la pauvreté est encore importante en Guinée. Je ne peux pas accepter cela. J’ai instruit à mon gouvernement de mettre fin à l’exclusion afin de partager la prospérité pour éradiquer la pauvreté. Les outils sont mis en place pour cela. C’est à ce titre que l’ANAFIC a été créée. C’est également dans cette perspective que l’agence nationale d’inclusion économique et sociale a été créée, il y a de cela au moins un an. Le programme s’adresse d’abord à neuf préfectures du pays et quelques quartiers pauvres de Conakry, environ 400 000 personnes cette année, 2 000 000 l’année prochaine. À l’horizon 2025, plus de six millions de Guinéens seront inclus dans la politique de partage de la prospérité afin que chaque Guinéen, sans considération géographique et ethnique éprouve le sentiment d’appartenance à la communauté nationale. Aucun Guinéen ne devra mourir de faim, de maladie et de manque d’éducation. Car l’Etat sera là pour les accompagner et les soutenir. L’ANIES, est une institution qui évolue pour défendre les causes, les intérêts et le droit des Guinéens particulièrement des démunis. Le premier ministre s’est rendu dans les préfectures de Tougué, Mamou, Kérouané, Kouroussa, Dabola et Forécariah. Il vient aujourd’hui à Kindia pour lancer la phase finale des activités de l’ANIES. Les bénéficiaires doivent respecter obligatoirement certains principes (envoyer les enfants à l’école ; ne pas marier les filles avant 18 ans. Mettre fin à l’excision. Des obligations vaccinales doivent être observées) en respectant ces obligations, l’Etat vous aide à vivre dignement pour que la famille de la Guinée de demain soit protégée pour garantir l’éducation et l’avenir de la Guinée’’ a-t-il laissé entendre.

La visite de travail du président Alpha Condé dans la ville des agrumes a commencé par des prestations artistiques au stade Sayon Soumah de Friguiagbé.

Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493