Jeudi 7 janvier, la Confédération africaine de football a annoncé avoir validé deux des 5 candidatures à la présidence qui lui sont soumises pour l’élection qui aura lieu le 12 mars prochain à Rabat au Maroc.  Il s’agit de celle d’Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football et membre du comité exécutif de la CAF, et celle de l’Ivoirien Jacques Anouma, ancien membre du comité exécutif de la FIFA et ancien président de la Fédération ivoirienne de football.

Par contre, la Commission de gouvernance de l’instance dirigeante du football africain a invalidé la candidature du président sortant, Ahmad Ahmad en raison de la suspension de 5 ans prononcée par la FIFA à son encontre.

La CAF a par ailleurs accepté les candidatures de Ahmed Yahya, président de la Fédération mauritanienne de football et membre du comité exécutif de la CAF, et celle du milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, président du club de Mamelodi Sundowns. Selon la note ci-dessous, «Leurs candidatures ont été jugées recevables. Cependant, la commission a estimé que des vérifications complémentaires sont nécessaires avant une décision finale. A cet effet, une audition de ces candidats sera organisée au Caire le 28 janvier 2021».

C’est dire que les trois candidatures de l’Afrique de l’Ouest, notre zone, ont été validées. Au grand dam des acteurs du football de la zone qui, on se rappelle, avaient sollicité les services d’Antonio Souaré, président de la feguifoot, dans le but d’obtenir une candidature unique.

Nos confrères de Cis média disaient à l’époque que le « président de la zone A de l’UFOA et président de la feguifoot. Ce grand monsieur du football continental soutient qu’une candidature unique devrait maximiser les chances de l’Afrique de l’ouest, qui n’a jamais présidé l’instance faitière du football continental… »

Avant d’annoncer que le « le travail du nouveau médiateur a démarré depuis Cotonou à l’occasion du tournoi qualificatif à la CAN U20-Zone B. Il s’est poursuivi à Abidjan et continuera à Conakry, Dakar et Nouakchott avant le 12 janvier 2021».

La validation des trois candidatures (l’Ivoirien Jacques Anouma, le Sénégalais Augustin Senghor et le Mauritanien Ahmed Yahya), prouve si besoin en est que la médiation du président de la Féguifoot n’a pas marché.

Aboudi Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.