Le Comité national de soutien au Syli national a pu réunir par ces temps qui courent, plus de 3 milliards de GNF pour supporter notre équipe nationale. Cet argent doit servir exclusivement la cause de l’équipe nationale engagée à la CAN : faire voyager les supporters, acheter des maillots pour les supporters, animer les fans zones,  etc. Mais c’est sans compter, selon nos informations, sur la volonté de Béa Diallo, ministre de la Jeunesse et des Sports qui voudrait détourner l’argent vers les « actions d’utilité publique à la fin de la compétition ». « Le comité peine à faire des décaissements pour ses objectifs. La rénovation ou la construction des maisons des jeunes ou autres actions d’utilité publique sont prévues par les budgets du ministère. Ce n’est pas l’argent du Syli qui doit servir à cela. Les gens qui ont payé seront déçus d’apprendre que leur argent a servi à autre chose que soutenir leur équipe », commente un membre du Comité.

Il faut rappeler qu’à l’entame de la CAN, Béa Diallo, ministre de la Jeunesse et des Sports avait choqué plus d’un Guinéen quand il a déclaré, dans la presse, à propos de l’équipe nationale du football : « Est-ce que cette équipe peut gagner la coupe d’Afrique ? Non ! Je ne suis pas un rêveur. Est-ce que je crois qu’on peut construire une équipe pour le futur ? Oui. » Beaucoup n’ont pas aimé cette « franchise » qui s’apparentait à du scepticisme, au négativisme.

Est-ce parce qu’il ne parie pas sur le Syli qu’il ne voudrait pas créer de l’engouement autour d’une équipe qui a cependant besoin d’être plus soutenue par les Guinéens que par un coach mental ?

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com