Près de six cent citoyens disent être victimes d’escroquerie de la part d’une agence de voyage installée à Conakry dans le quartier kipé. Ces citoyens, auxquels des voyages sur le Canada avaient été promis, ont dû débourser près d’un milliard de francs guinéens en faveur de l’agence ‘’Fleury Transit Company’’

Selon l’une des victimes, contactée par Guinee7.com, c’est une agence gérée par des ivoiriens, dont le RCCM (Registre de Commerce et de Crédits Mobiliers) est à jour ainsi que tous les documents des impôts. Pour Mamadou Saliou Diallo c’est à la base de ces documents légaux qu’il s’est engagé pour verser une somme de 9 millions dans le but d’un regroupement familial au Canada avec sa famille « Moi c’est à travers leur page Facebook que j’ai découvert l’agence, ils ont dit qu’ils sont à Kipé, je me suis rendu à leur siège, j’ai cherché à savoir si c’était une agence légale. Ils m’ont montré leur RCCM, les papiers des impôts ainsi que d’autres documents dûment signés. C’est alors qu’ils m’ont dit qu’ils font voyager les gens au Canada. Et qu’ils avaient une collaboration avec des Canadiens, qu’une fois là-bas, nous allions directement être employés. Maintenant, soit l’agence récupérait 4 mois de salaires  sur le salaire de chaque personne qu’elle (NDLR l’agence) a, ou qu’une fois au Canada, la personne paie 60 millions à l’agence. C’est ainsi que chaque candidat était sommé de payer la somme d’un million cinq cent mille pour être enregistré plus le passeport. Moi personnellement, je voulais d’un regroupement familial, c’est ainsi que j’ai payé la somme de 9 millions. Après avoir versé l’argent, ils nous disaient de patienter dans quelques jours, qu’ils allaient régler le problème de visas. A force d’attendre, finalement, ils n’étaient plus joignables sur leurs numéros. C’est ainsi qu’on s’est déplacé pour aller à leur siège. Nous avons trouvé le siège fermé. Nous avons fait recours à la brigade de recherche de kipé à travers une plainte régulière. Les OPJ (Officier de Police Judicaire) ont défoncé les portes. A l’intérieur, seuls nos passeports y étaient. Ensuite il nous a été demandés de saisir le service d’Interpol ce qui fut fait. Avec les gendarmes aussi, même pour nous restituer nos passeports, ils nous demandaient 100 mille francs par personne. Avec les différentes plaintes, on s’est rendu compte, que nous étions plus de 600 personnes concernées par cette affaire, pour une valeur de près d’un milliard de francs guinéens», nous a-t-il confié.

Dans le lot des plaignants, certains ont payé plus de 200 millions, d’autres 20, 30 et 60 millions.

Aux dernières nouvelles, les services d’Interpol auraient déjà localisés  trois responsables de l’agence en question. Ces personnes seraient toujours à Conakry.

Sam Samoura pour Guinee7.com