La junior anglo-australienne, Bellzone, pourrait bientôt se relancer. En tout cas lors du dernier Conseil des ministres, le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, a fait une communication relative à l’avenant N°1 de la Convention de Base pour le développement, la préparation, le traitement, la transformation, le transport et la commercialisation des minerais de gisements de fer de Kalia et la réalisation des infrastructures connexes.

Au cours de ce Conseil, le ministre a rappelé que Bellzone a obtenu deux permis de recherche pour le minerai de fer de Kalia dans la préfecture de Faranah, sur une superficie totale de 3.142 km2. Ces permis ont été renouvelés en 2008 et 2009. Les activités de recherche conduites par la société ont abouti à la mise en évidence d’un gisement de minerai de fer en qualité et quantité commercialement exploitable.

‘‘Cette découverte a permis à la société la signature d’une Convention en 2010 et l’attribution à la société d’une concession minière par décret N°2012/100/PRG/SGG en date du 24 août 2012, qui a été déclarée Projet d’Intérêt National’’, a précisé le ministre.

Avant d’indiquer que ‘‘les travaux réalisés ont permis à la société de présenter à l’Etat une étude de préfaisabilité assortie d’une étude d’impact environnemental et social (EIES) à travers le cabinet SGS en collaboration avec le Bureau Guinéen d’Evaluation des Etudes d’impact Environnemental et social (BGEEE), qui a été validée en juillet 2012’’.

En réalité, les ministères de L’Economie, des Finances et celui du Budget ont déjà apprécié le projet

Selon le porte-parole par intérim du gouvernement, le ministre des Télécoms, Mamy Diaby, le Conseil des ministres a recommandé au ministre des Mines de soumettre le document (l’avenant) à l’appréciation des ministères de l’Economie et des Finances d’une part, et du Budget, pour une meilleure prise en compte des dispositions fiscales et douanières d’autre part.

En réalité, selon une source proche du dossier, ledit document a déjà été soumis à ses ministères qui l’ont apprécié. Le ‘‘renvoi’’ ne serait qu’une question de formalité.
Selon les statistiques de la Banque Mondiale, en mars 2017, le prix du fer s’établit à 87 dollars la tonne, en baisse de 1,8% sur un mois et en hausse de 57,1% sur un an. Il se négociait en février 2013 à 192 dollars US. C’est dire que l’embellie n’est pas pour maintenant.

En attendant la reprise des cours du minerai de fer, Bellzone veut s’appuyer sur l’exploitation d’un gisement de latérite nickélifère-découvert sur sa concession de Kalia et sa transformation métallurgique pour produire du ferronickel, un métal entrant dans la fabrication des aciers inoxydables. La juniore compte installer une usine en Guinée, à Faranah, pour faire, les premières années, 10 mille tonnes de produits semi-finis qu’elle transportera par la route vers le port de Conakry.

‘‘Ce n’est qu’en transformant sur place qu’on peut donner une plus-value à nos mines’’, indique notre source. La tonne de ferronickel se négocierait autour de 2000 dollars US !
Après de nombreuses tergiversations du gouvernement, la signature de l’avenant no1 du contrat avec Bellzone pourrait accélérer la finalisation de l’étude de faisabilité et permettre la levée de fonds pour relancer le projet d’exploitation des mines de Kalia.

Lire aussi: Mines: Le gouvernement guinéen exprime son intérêt pour le projet Ferronickel de Bellzone

Exclusif/Mines: Bellzone met 65% de son personnel en chômage technique

Mines/Bellzone envisage de s’appuyer sur un ‘‘projet béquille’’ pour développer les mines de fer de Kalia

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Publicités