Les élèves maîtres de l’école normale d’instituteurs de Kindia ont manifesté leur colère ce lundi 3 février 2020 dans ladite école pour le non payement de leurs pécules.

Léno Alain, président des étudiants orientés à l’ENI de Kindia explique : ‘‘Nous sommes en train de revendiquer ce matin nos droits mais de manière pacifique. Nous manifestons parce que nous qui sommes orientés à Kindia, sommes logés par nos propres moyens. Les conditions de vie ne sont pas favorables ici. Malgré tout ça, ils payent nos camarades dans d’autres universités ; pendant que nous avons aussi réussi au baccalauréat. Nous avons aussi droit de recevoir quelques choses mais jusqu’à présent nous n’avons rien. C’est pourquoi nous avons décidé aujourd’hui de grever pacifiquement pour dire aux autorités que nous traversons des moments difficiles. Et que les autres ne nous dépassent pas. Car nous sommes tous des Guinéens qui ont tous réussi au bac pour les études supérieures.’’

Ce moment de protestation des élèves maîtres pour l’obtention de leurs bourses d’étude a impacté sur les cours ce matin à l’ENI. Pour Kopou Loua, le manque de moyens pourrait conduire certaines filles à opter pour la prostitution. ‘‘Si vous nous voyez en dehors des classes ce matin c’est parce que nous souffrons. Beaucoup d’entre nous viennent de loin. Beaucoup aussi n’attendent que ce montant. Moi personnellement, je paie mon logement. Je suis fille et mes parents ne sont pas là. Sans ce montant, c’est vraiment difficile pour nous. S’il n’y a pas l’argent, nous les femmes, nous risquons de faire certaines choses bizarres. Telle que la prostitution. En plus, ils ont payé les étudiants de Foulayah et pourquoi pas nous ? Donc nous demandons à nos autorités de faire le maximum pour nous payer parce-que nous souffrons énormément’’, dit-elle.

Le directeur des études de l’école, Fodé Condé, explique la situation en ces termes : ‘‘C’est un message de sensibilisation que j’ai pour ces enfants. Je les appelle au calme. Nous leur avons demandé de garder patience. C’est juste pour quelques jours. Leur argent sera payé car les autorités sont à pieds d’œuvre. (…) Nous savons qu’ils souffrent. Mais qu’ils gardent patience et attendent le département en charge.’’

Finalement, les manifestants sont rentrés à la maison et ne comptent lâcher prise jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. Aucun dégât n’a été enregistré.

Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493