Bakary Fofana, président Céni

La Commission Electorale Nationale  Indépendante (CENI) a organisé une rencontre avec les médias, mardi, 26 août, à Conakry, information et échange sur les dispositions des élections locales en Guinée.

Cette  rencontre a permis aux commissaires de la CENI, d’informer et d’échanger  avec les medias sur la procédure de recrutement de l’operateur technique international et de l’expert chargé de l’implémentation  des dispositions techniques des élections locales. Ensuite, d’information et d’échange sur la procédure d’installation des nouveaux démembrements.

Le président de la CENI,  Bakary  Fofana a mis l’occasion à profit, pour souligner, que sa commission a pensé que les médias, en tant qu’acteurs du processus de démocratisation  et partenaires des institutions de ce pays, particulièrement  la CENI, devraient travailler  avec elle, conformément à leurs missions et au fonctionnement des organes de presse.

«Depuis les élections législatives, la CENI s’est mise au travail, peut être contrairement  à d’autres acteurs, nous avons pensé qu’il faut faire d’abord  le point de ce qui a marché et  de  ce qui n’a pas marché, parce que nous sommes dans un processus de construction cumulatif», a dit le président de la CENI.

Plus loin, il a indiqué que des commissions techniques de travail ont été mises en place pour travailler au niveau national, mais aussi et surtout sur le terrain pour avoir des résultats.

«C’est l’ensemble de ces résultats que nous avons jugé utile de présenter aux acteurs identifiés comme des partenaires stratégiques de la CENI», a-t-il ajouté.

Bakary Fofana a expliqué, qu’une nouvelle dynamique entamée au niveau  de la communication  sera faites dans les semaines et les mois à venir dans la perspective des élections locales et de l’élection  présidentielle de 2015.

«La démocratie repose sur le dialogue, des échanges d’idées, mais aussi sur la construction d’une dynamique collective. Cette démocratie qui est en voie d’évolution, chacun à sa part de responsabilité, mais le premier élément de ce processus sont les citoyens», a martelé M. Fofana.

«Les medias ont un rôle majeur  à jouer. Si les citoyens s’engagent naturellement, ça donnera naissance à des électeurs. Les électeurs engagés forcement ça donnera justement à des choix partisans, à travers des associations qu’on  appelle  les partis politiques. Donc la centralité du processus de démocratisation  repose tout sur le rôle responsable des citoyens»,  a conclu le président de la CENI.

AGP