La première réunion du comité inter-partie (CIP) s’est tenue ce vendredi 3 juillet 2020, dans un réceptif hôtelier à Conakry. Ce comité est composé des représentants la commission électorale nationale indépendante (CENI); des partis politiques ; des organisations de la société civile et les partenaires techniques et financiers.

L’objectif de cette rencontre est la “présentation des dispositions relatives à la mise en place des démembrements, la révision exceptionnelle des listes électorales complémentaires et le chronogramme de la présidentielle de 2020”.

Bakary Mansaré, vice-président de la CENI. « La Guinée dispose d’un capital d’expérience et de compétence électorales pour réussir l’organisation de ces élections. Nous disons que les élections se suivent mais elles ne se ressemblent pas parce que les contestes d’organisation ne sont pas les mêmes. Les élections présidentielles qui se dressent devant nous vont se dérouler dans un contexte de crise sanitaire. »

Face à ces atouts précités, la présence du coronavirus. Bakary Fofana poursuit : « donc, face à cette crise sanitaire le peuple a besoin d’une réponse soit juridique, soit économique, soit administrative, logistique ou sécuritaire à travers uniquement ses représentants élus. Les représentants à travers lesquels le peuple exerce sa souveraineté. Les attributs de la souveraineté impliquent la tenue régulière des élections à bonne date. (…), pour réussir, tous les acteurs électoraux impliqués dans le processus doivent jouer leur partition dans l’organisation de ces élections apaisées, inclusives et transparentes. »

Compte tenu de la crise sanitaire que traverse le pays, la CENI a reparti le comité en deux groupes pour les échanges. Pour le premier groupe qui passe en premier, le Balai citoyen et la PCUD, des plateformes membres du FNDC, avaient leur représentent dans la salle. Par contre les partis politiques d’opposition membres du FNDC n’étaient pas représentés.

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 705 199