Ignorer son ignorance est une maladie. Cela me semble être la principale maladie du sieur Ousmane Gaoual DIALLO. Pourquoi ce député donne toujours les maux de tête quand il construit au moins deux  phrases  politiques? Pourquoi seule l’ignorance le fait briller et fixe sa limite?

J’ai été plus que déboussolé de lire le représentant du peuple à l’hémicycle, le sieur Ousmane Gaoual DIALLO, insulter gaillardement le Président des U.S.A. Oui, je dis bien le Président des U.S.A, car tout propos déplacé à l’égard du représentant d’un Chef d’Etat, est une offense indirecte à l’endroit du dit chef. Tout ambassadeur est comme une lettre écrite par un pays A (pays envoyeur) et que le pays B (pays d’accueil) lise. Penser que cette lettre est mal écrite ou est illisible, c’est insulter l’envoyeur et le pays envoyeur. Dans le cas spécial du sieur Ousmane Gaoual Diallo, il a insulté indirectement le président américain, le gouvernement américain, bref  tout le peuple américain. Pour sa gouverne, aucun ambassadeur n’agit selon sa propre volonté ou  entendement. Un ambassadeur est toujours censé faire la politique de son envoyeur, donc de son gouvernement.

Dans ses déboires  politiques, le sieur Ousmane Gaoual Diallo a, dans une émission radio, les grandes gueules, dit : « monsieur LASKARIS, l’ambassadeur des Etats Unis en Guinée, est prompte à soutenir les positions du gouvernement, il devrait mieux s’inspirer de ce que l’ambassadeur des Etats Unis fait en RD Congo que lui-même il est en train de faire ici au nom de la liberté et de la démocratie qui sont chères à son propre pays. » tels sont les propos du sieur Gaoual.

En effet, Le seul tort qu’aurait fait  l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des ETATS UNIS en Guinée, Mr ALEXANDER LASCARIS, est d’avoir dit : « Toutes les décisions prises par le gouvernement ou la CENI doivent être négociables… le dialogue c’est entre les leaders politiques, les représentants du peuple mais pas dans la rue avec les lance-pierres, ça c’est une catastrophe pour la Guinée ». De poursuivre, il ajoute : « de manifestations en manifestations, les pays pauvres deviennent de plus en plus pauvres »

Par ailleurs, Mr  LASKARIS, ayant suivi les propos de Ousmane Gaoual Diallo dans les Grandes Gueules,  a rétorqué en ces termes : « j’ai entendu un membre du parlement dire que moi je suis partisan d’un parti politique en Guinée. C’est une insulte à mon égard, parce que je n’ai aucune préférence politique chez moi aux USA, je suis indépendant chez moi pour quelle raison je vais choisir un parti politique en Guinée… le plus important pour moi c’est de voir un processus électoral crédible. »

Je suis désolé que ce soit un jeune, et de surcroit un représentant du peuple à l’hémicycle,  qui taxe  l’ambassadeur du pays le plus démocratique au monde de « soutenir les positions d’un gouvernement » et de « s’inspirer de ce que l’ambassadeur des Etats Unis fait en RD Congo. » Le sieur Ousmane Gaoual Diallo mesure-t-il la portée de l’accusation contre la personne du  représentant du président américain en terre guinéenne?

Dans le chantier de la démocratie, entre guinéen, on peut  se dire tout, cela fait partie aussi de la consolidation  de notre jeune démocratie. Quand on doit s’adresser à un diplomate, on doit parler en diplomate. Mais quand on parle en vulgaire à un diplomate qui est en phase avec sa conscience, qui fait correctement son travail, on peut être sûr d’être en déphasage avec sa propre conscience et d’avoir un problème avec la logique et les règles élémentaires de la diplomatie.

Qu’est-ce que le sieur Gaoual peut enseigner à l’ambassadeur américain en matière de la démocratie? Sait-il que les Etats Unis d’Amérique ont eu leur indépendance depuis 1776?  Est-ce qu’il sait qu’il remet la démocratie de l’une des plus vieilles démocraties et du pays le plus démocratique au monde en cause?  Est-ce qu’il sait également qu’avec ses mots il traite  l’ambassadeur américain de corruptible, d’achetable et d’incompétent de son rôle d’ambassadeur ? Sait-il enfin  qu’il demande  à l’ambassadeur d’aller  apprendre la démocratie et la diplomatie auprès de son homologue de R.D Congo pour pouvoir  faire mieux en Guinée?

Un proverbe soussou dit  ceci : « vouloir  dire le nom de toutes les parties du corps, on risque de s’insulter. »  Je laisse donc le soin aux guinéens de trouver une appellation et un qualificatif  pour cet égarement d’Ousmane Gaoual Diallo vis-à-vis du premier responsable de la première démocratie au monde en Guinée.

Je demande très humblement au Ministre des Affaires Etrangères, de trouver une formule administrative ou diplomatique  pour rectifier le tir de cet égarement dû à l’ignorance de cet ignorant.

Je finis en disant ceci au député Gaoual Ousmane Diallo: En s’habillant, on ne porte pas les dessus avant les dessous.

Pr. Guillaume Hawing, Conférencier d’Honneur  

 

Publicités